SPO-HKO-HKN-BOSTON-BRUINS-V-TAMPA-BAY-LIGHTNING---GAME-TWO

Crédit : AFP

TBL-BOS

La famille avant tout pour Yanni Gourde

Publié | Mis à jour

Les temps ont bien changé dans la Ligue nationale de hockey (LNH). Il fut une époque où les joueurs dont l’épouse accouchait au milieu de la saison devaient se montrer très convaincants pour obtenir la permission d’assister à ce moment unique. Pas question de rater un match. Même en saison régulière!

«Tu demanderas à quelqu’un de filmer l’accouchement», avait lancé Mario Tremblay à Marc Bureau, à la toute fin du mois de janvier 1996.

Le Canadien s’apprêtait alors à quitter Montréal pour un périple de quatre matchs sur les patinoires adverses. En beau fusil, l’attaquant du Canadien s’était présenté à Philadelphie avec la rage au cœur.

En deuxième période de cette rencontre, Bureau avait accueilli Petr Svoboda d’un solide coup de coude au visage. Résultat: le défenseur des Flyers, inconscient et escorté sur une civière, avait dû passer la nuit à l’hôpital.

Quant à Bureau, la suspension de cinq rencontres que lui avait imposée la LNH deux jours plus tard lui avait permis de rentrer à Montréal et de passer du temps auprès de sa conjointe et de son fils, né le jour même du match à Philadelphie.

Gourde reconnaissant

Or, Yanni Gourde n’a jamais eu à s’inquiéter de vivre une situation semblable. Il était impensable pour la direction du Lightning que son attaquant rate cet événement exceptionnel.

«On savait que ça allait arriver au cours de la deuxième ronde. Alors, quand cette ronde a commencé, la direction s’informait chaque jour. On me demandait si on pouvait faire quoi que ce soit pour m’aider. Quand je me suis rendu à l’hôpital, Steve (Yzerman) et Jon (Cooper) m’ont appelé pour savoir comment ça allait», a raconté Gourde, au lendemain de la deuxième victoire du Lightning.

Une victoire à laquelle il a contribué, malgré deux nuits de sommeils perturbées et une longue journée à l’hôpital.

«Ce fut une journée épuisante pour elle et pour moi. Mais je ne peux même pas comparer ma fatigue à la sienne, a lancé le papa de 26 ans en parlant de sa conjointe, Marie-Andrée Raby. Ce sont de grosses journées pour nos femmes. Marie a fait un travail incroyable.»

«J’ai beaucoup de reconnaissance envers l’organisation qui m’a permis de passer ce temps précieux avec ma femme et de voir ma fille naître», a lancé Gourde.

Ce qui compte vraiment

Il faut dire que le Lightning n’en est pas à une première naissance depuis le début des présentes séries éliminatoires. La conjointe de J.T. Miller a également mis au monde une fille, la semaine dernière. Comme pour Gourde, Miller a eu la chance que l’accouchement survienne une journée où le Lightning ne jouait pas.

«Ça replace les choses en perspective. On gagne notre vie en jouant au hockey, c’est un milieu compétitif. Mais, ce qui compte vraiment, c’est la famille. Il n’y a rien qui égale la naissance d’un enfant», a déclaré Cooper, rappelant que Gabriel Dumont avait vécu une situation similaire l’an dernier.

«C’est bien quand tu peux faire les deux et glisser une naissance à travers les matchs», a poursuivi l’entraîneur du Lightning, sourire en coin.

À ce chapitre, Gourde a fait les choses en grand. En trois jours, il a marqué un but, assisté à la naissance de la petite Emma Kate et récolté une mention d’aide.