WIN-NSH

Ehlers: un disciple de Dominique Ducharme

Publié | Mis à jour

Nikolaj Ehlers a immédiatement souri quand il a entendu le nom de Dominique Ducharme. Le Danois a découvert le hockey en Amérique du Nord sous sa gouverne avec les Mooseheads de Halifax en 2013-2014 et 2014-2015.

À sa sortie d’un entraînement optionnel au Bridgestone Arena, Ehlers a rencontré le représentant du «Journal de Montréal» pendant près de dix minutes pour parler de son ancien mentor avec les Mooseheads.

À ses yeux, Marc Bergevin et Claude Julien ont fait un très bon coup en ouvrant les portes du vestiaire du Canadien à Ducharme dans un rôle d’adjoint

«J’ai lu la nouvelle vendredi avant notre premier match contre les Predators, a dit Ehlers. Ma première réaction a été de me dire que c’était génial pour Dom. Il a accompli des choses assez incroyables dans les rangs juniors. Il a gagné une Coupe Memorial à Halifax, un an avant mon arrivée avec les Mooseheads. Sur la scène internationale, il a également remporté la médaille d’or avec Équipe Canada au Championnat du monde junior.

«Je suis heureux pour lui, il le méritait, a-t-il enchaîné. C’était une question de temps avant qu’il ne fasse le saut chez les pros. Il a fait ses classes et il n’avait plus rien à prouver dans la LHJMQ.»

De la Suisse à Halifax

Ehlers restera toujours reconnaissant envers Ducharme. Il parlait de lui avec une joie évidente.

«Dom a eu un immense impact sur ma carrière et mon développement comme jeune joueur, a-t-il mentionné. J’ai débarqué à Halifax à l’âge de 17 ans. Je n’avais jamais joué en Amérique du Nord. J’avais principalement joué pour l’équipe junior à Bienne, en Suisse. Je n’avais pas de famille ou d’amis avec moi à mon arrivée avec les Mooseheads. C’était intimidant pour un gars originaire du Danemark. Je devais m’adapter à un nouveau continent, un nouveau pays, une nouvelle ville et une nouvelle équipe.

«Je m’ennuyais de mon monde au départ. Mais Dom et le reste de l’organisation ont été incroyables avec moi. Il me réconfortait. Je me souviens que je parlais souvent avec Dom durant mes deux saisons.»

Plus qu’un enseignant

À Halifax, Ehlers a tout fait pour gagner la confiance de Ducharme avec des saisons de 104 et 101 points. Questionné sur les principales qualités du nouvel adjoint de Julien, le numéro 29 des Jets a offert une réponse détaillée.

«C’est un très bon enseignant. Mais il n’a pas juste ça comme qualité. Il a du caractère, il dégage une belle confiance et il parle à ses joueurs avec beaucoup de respect. C’était un entraîneur, mais il était aussi plus que ça. Il pouvait devenir un confident, il avait une bonne écoute.

«J’ai toujours aimé ses plans de matchs et sa vision du jeu, a-t-il poursuivi. Il voulait qu’on respecte la structure de notre système, mais il a toujours laissé une grande liberté aux attaquants créatifs. Je pouvais m’exprimer sur la glace, mais je devais aussi garder en tête les principes fondamentaux de l’équipe. Il ne m’a jamais retenu. J’ai appris une multitude de choses à ses côtés. Il a fait de moi un meilleur joueur. J’ai connu deux belles saisons à Halifax et j’étais ensuite prêt mentalement à faire le saut à Winnipeg.»

Si les Jets ont renversé le Wild du Minnesota en cinq matchs et qu’ils mènent 1 à 0 dans leur série contre les Predators, Ehlers n’a pas encore pris son envol depuis le début des séries. Le choix de premier tour des Jets en 2014 est encore à la recherche de son premier but en séries. Il a obtenu trois passes en cinq rencontres.

Ehlers devait donc être encore plus heureux de sortir du quotidien des séries et des questions sur sa faible production...