Canadiens

Dominique Ducharme fait le grand saut

Publié | Mis à jour

Claude Julien aura un nouveau bras droit. Quelques mois après avoir mené Équipe Canada junior à la médaille d’or, Dominique Ducharme fait donc le saut chez les professionnels.

L’arrivée de Ducharme dans l’organisation du Canadien n’est pas une surprise. Cependant, c’est en tant que successeur de Sylvain Lefebvre, chez le Rocket de Laval, qu’on s’attendait à le voir.

Ducharme, dont l’entente est valide pour trois ans, a soutenu qu’on lui a dressé un portrait global de la situation de l’organisation lors de ses rencontres avec Marc Bergevin et Claude Julien.

À mot couvert, le Joliettain a assuré n’avoir jamais vraiment songé à occuper le poste d’entraîneur-chef du Rocket. Pour le cheminement de sa carrière, l’option la plus logique et efficace se trouvait à Montréal.

«Je n’ai jamais joué dans la LNH. Pour moi, c’était important d’avoir le feeling d’un vestiaire de la LNH, d’un calendrier de la LNH et de tout ce qui concerne les déplacements et la gestion du quotidien», a expliqué l’homme de 45 ans.

Coup de foudre réciproque

Non seulement Ducharme a-t-il l’occasion de franchir cette étape avec l’équipe qu’il a chérie au cours de son enfance, il pourra également le faire en compagnie d’un entraîneur aguerri.

«On n’a pas besoin de revenir sur la feuille de route de Claude, a lancé Ducharme, évidemment très fier. La chimie s’est installée aussitôt que nous nous sommes assis ensemble. J’ai senti que je pourrais avoir un impact sur l’équipe et que, personnellement, je pourrais grandir de cette expérience.»

Le coup de foudre a été réciproque. Julien n’a pas caché avoir rencontré d’autres candidats. Cependant, dès ses premiers pourparlers avec Ducharme, il n’y avait plus aucun doute dans son esprit. C’était le bon homme.

«Sa philosophie, son approche, son désir de vaincre, ce sont des points que j’ai aimés dans nos discussions. D’ailleurs, l’entrevue fut de longue durée parce qu’on s’entendait bien, a décrit l’entraîneur-chef du Canadien. Il mérite d’être avec nous, car il a de bonnes connaissances et une bonne expérience. Le boni, c’est qu’il était dans notre cour.»

Déjà derrière le banc

L’expérience sera d’autant plus enrichissante que c’est derrière le banc, et non sur la passerelle, que Ducharme fera le saut dans la LNH. Julien entend lui offrir un rôle semblable à celui qu’il jouait lui-même lors des Jeux olympiques et de la Coupe du monde.

«J’ai pris cette décision en raison de l’expérience que j’ai eue avec Mike Babcock. J’étais sur le banc avec lui, j’étais une paire de yeux supplémentaire. Dominique a une bonne vision du match et des ajustements qui doivent être faits en cours de route.»

Cette façon de faire accélèrera le processus en éliminant l’intermédiaire radio. Jusqu’ici, c’est Daniel Lacroix, juché sur la passerelle, qui envoyait des informations à Kirk Muller, qui, lui, les relayait à Julien.

«Ça ira plus vite ainsi. D’ailleurs, il y a de plus en plus d’équipes qui utilisent quatre entraîneurs derrière le banc», a mentionné Julien.

Un autre poste à combler

L’arrivée de Ducharme coïncide avec les mises à pied de Lacroix et de Jean-Jacques Daigneault. Puisque Julien souhaite avoir trois adjoints derrière le banc, il en reste un à être nommé.

À ce propos, Julien a souligné que le candidat, qui s’occupera des défenseurs, devra avoir déjà vu neiger. Idéalement, il devra être un ancien arrière de la LNH et détenir une certaine expérience dans le coaching.

Ce n’est qu’une fois que cet autre entraîneur sera choisi que chacun d’entre eux se verra attribuer une définition de tâches.

Dans la foulée de cette nomination, le Canadien a annoncé que Stéphane Waite était reconduit dans ses fonctions.