US-PREMIERE-OF-HBO'S-"ANDRE-THE-GIANT"---RED-CARPET

Photo : Hulk Hogan à Los Angeles en mars dernier. Crédit : AFP

Lutte

Montréal a vécu de grandes soirées de lutte

Publié | Mis à jour

Les deux diffusions des émissions de la World Wrestling Entertainment (WWE) «RAW» et «SmackDown Live», prévues lundi et mardi au Centre Bell, approchent à grands pas et les amateurs de lutte du Québec auront ainsi droit à d’autres soirées pour le moins fertiles en émotion.

D’ailleurs, ce sera la première fois que la puissante fédération organise deux événements télédiffusés en autant de soirs dans la métropole québécoise. Toutefois, Montréal a vécu sa part de moments marquants au cours des récentes décennies, à commencer par le célèbre «Montreal Screwjob» impliquant le Canadien Bret Hart, floué par son rival Shawn Michaels et le grand patron de la WWE, Vince McMahon.

Voici d’ailleurs quelques événements qui ont permis d’écrire la grande histoire de la lutte à Montréal depuis les années 1980.

- Le «Montreal Screwjob»

Le gala «Survivor Series» du 9 novembre 1997 n’a plus besoin de présentation pour l’amateur de lutte moyen. Devant 20 593 spectateurs et dans une atmosphère des plus survoltées, Bret Hart perd son titre mondial aux mains de Shawn Michaels, sans avoir été avisé précédemment de l’issue à venir du combat.

Avec l’aide de Michaels et de l’arbitre Earl Hebner, McMahon avait effectivement modifié le scénario à l’insu du favori de la foule qui a entendu la cloche sur un «Sharpshooter», la prise de finition de Hart. Ce dernier, en furie, a répliqué en crachant au visage du propriétaire de la fédération qu’il s’apprêtait à quitter pour se joindre au groupe rival, la World Championship Wrestling (WCW). Une fois rendu dans le vestiaire, le lutteur a asséné un puissant coup de poing à l’homme d’affaires; les deux hommes ne se sont pas parlé pendant plusieurs années.

«Il s’agit sans contredit, avec le duel Hulk Hogan-André le Géant à WrestleMania 3, du match le plus important de l’ère moderne de la lutte», a mentionné l’historien et analyste de lutte à la chaîne TVA Sports, Patric Laprade, en entrevue téléphonique.

«Un des plus grands lutteurs et le plus grand promoteur de lutte de tous les temps qui nous disent en pleine télévision durant leur programme régulier que ce qu’on voit chaque semaine, ce n’est pas vrai? Pour moi, c’est la raison pourquoi c’est un moment si important, car il y avait plusieurs fissures dans la façade, mais là, c’est le coup de grâce qui a tout simplement fracassé le secret de la lutte aux yeux de la planète toute entière», avait expliqué, par le biais de mots repris par Laprade lors d’une récente chronique au tvasports.ca, l’ancien lutteur Lance Storm dans «Survival of the Hitman».

- Le duel Jacques Rougeau-Hulk Hogan

Le 11 avril 1997, Jacques Rougeau défait Hulk Hogan, la figure numéro 1 de la WCW, au Centre Bell. Toutefois, ce triomphe n’a aucun écho aux États-Unis, car le tout survient dans le cadre d’un gala organisé non pas par la fédération, mais plutôt par le lutteur québécois et quelques associés.

«J’ai été sacré champion du monde à quatre reprises, mais ma plus grande satisfaction a été ma victoire remportée aux dépens du géant Hulk Hogan, le 11 avril 1997 au Centre Molson. J’ai triomphé ce soir-là d’une légende. Il y a seulement quelques hommes qui ont battu Hogan, dont le géant Ferré, The Ultimate Warrior et moi. Oui, les combats étaient arrangés, mais le fait que Hogan ait accepté que je le batte m’a procuré notoriété et respect», a déclaré Rougeau lors d’une entrevue au «Journal de Montréal» en novembre dernier.

- L’ovation Hulk Hogan

Le 16 mai 2002, Hogan est acclamé pendant plus de 10 minutes par le public assistant à «SmackDown» au Centre Bell. À l’époque champion du monde, le principal intéressé est tellement ému qu’il abordera cette soirée dans le DVD «Hulk Still Rules»

«Cette ovation n’a jamais été égalée dans le monde de la lutte, selon moi. Elle m’a donné les larmes aux yeux et les mots ne peuvent exprimer le sentiment relié aux émotions. L’esprit de la Hulkamania a déferlé sur Montréal ce soir-là», a-t-il écrit sur son compte Facebook en janvier 2015.

- Montréal craque pour Bret Hart, le cœur de Jerry Lawler craque aussi

La soirée du 10 septembre 2012 marque le retour de Hart – applaudi pendant plus de trois minutes - au Centre Bell après les événements controversés de 1997. Cependant, on retiendra surtout de ce gala «RAW» le malaise cardiaque subi par le commentateur Jerry «The King» Lawler, qui s’effondre à sa table peu après un combat par équipe auquel il participait. Heureusement pour lui, les médecins montréalais lui ont sauvé la vie et Lawler a repris le chemin de la maison environ une semaine plus tard.

- La première retraite de Jacques Rougeau

Après la trahison de Pierre-Carl Ouellet lors d’un gala maison le 25 juin 1994 au Forum, Rougeau dispute un match de retraite le 21 octobre 1994 et conclut son parcours à la WWF (maintenant WWE) avec une victoire contre son ancien partenaire d’armes. Cette absence du ring durera quelques années, car le Québécois effectuera un retour dans l’arène de la WCW, en compagnie de Ouellet.

«Le spectacle a attiré plus de gens [plus de 16 000 spectateurs étaient présents] que WrestleMania cette année-là, a souligné Laprade. En 1994, la Ligue nationale de hockey et le baseball majeur vivaient des conflits de travail et les médias cherchaient des sujets. La lutte a pris tout le plancher et c’est la dernière fois que le Forum a été rempli pour un gala.»

- Les mentions honorables

Certains combats importants ont également marqué la mémoire collective, incluant la victoire des frères Jacques et Raymond Rougeau contre la Hart Foundation le 10 août 1987. Les vainqueurs ont ainsi mis la main sur le titre mondial par équipe, mais les ceintures ont été redonnées à leurs vis-à-vis ultérieurement. Ces «changements de propriété» n’ont jamais été évoqués à la télévision américaine, car le duel en question s’est déroulé loin des caméras.

Aussi, la confrontation des frères Rougeau et Garvin a culminé le 26 août 1985 à l’occasion d’un événement ayant réuni plus de 21 500 personnes au Forum. La finale opposait par ailleurs Dino Bravo et King Tonga à Iron Sheik et Nikolai Volkoff, mais c’est le choc par équipe qui retenait l’attention. Il faut dire que les Garvin étaient particulièrement détestés depuis qu’ils avaient attaqué les Rougeau et leur père Johnny deux mois plus tôt.

«Ce fut le premier événement tenu conjointement par la Lutte internationale et la WWF. Montréal est aussi la seule ville parmi celles visitées par la WWF où celle-ci a dû travailler avec les promoteurs locaux», a expliqué Laprade.