Séries 2018

Les Maple Leafs subissent une autre élimination cruelle

Publié | Mis à jour

Les confrontations se suivent et se ressemblent entre les Bruins et les Maple Leafs. Tout comme en 2013, les Leafs sont revenus d’un déficit de 1-3 pour provoquer la tenue d’un match ultime. Comme il y a cinq ans, ils se sont finalement inclinés, alors qu’ils détenaient l’avance après 40 minutes de jeu.

Sommaire | Le duel était présenté en direct à TVA Sports

En plus des deux buts de James DeBrusk, le retour du premier trio sur la feuille de pointage a permis aux Bruins de savourer un gain de 7 à 4, mercredi au TD Garden.

Après avoir récolté 23 points lors des quatre premières rencontres, David Pastrnak (11), Brad Marchand (7) et Patrice Bergeron (5) avaient été tenus en échec lors des deux suivantes. Voilà comment les Leafs avaient été en mesure de revenir dans cette série.

Devant le succès de sa recette, Mike Babcock a continué de donner des missions défensives à Tomas Plekanec. Systématiquement, l’entraîneur des Leafs l’a envoyé sur la patinoire pour s’occuper des mises en jeu importantes. Cette fois, l’honnête travail de Plekanec n’a pas été suffisant pour contenir Bergeron et ses comparses.

Menée par les trois points du Québécois (1 but, 2 passes), cette unité a terminé la soirée avec huit points.

Pas un match de gardiens

Les premiers instants du match laissaient présager que ce ne serait pas une soirée de gardiens. Les statistiques du passé venaient appuyer cette présomption. Tant Tuukka Rask que Frederik Andersen n’avaient jamais connu de succès lors d’un match ultime.

En trois rencontres, Rask présentait un dossier d’un gain et deux revers, une moyenne de buts alloués de 3,63 et un taux d’efficacité de ,849. Du côté d’Andersen, ce n’était guère mieux : aucune victoire, deux revers, une moyenne de 3,65 et un taux d’efficacité de ,848.

Des statistiques qui n’ont pas menti. Il n’y avait pas encore 10 minutes d’écoulées à la rencontre que le pointage était déjà de 2 à 2.

Comme à l’époque de la grosse machine des Oilers d’Edmonton, ce match allait être remporté par le gardien qui effectuerait le dernier arrêt.

Pression insoutenable

À un certain moment, Rask ne donnait pas l’impression d’être ce gardien.

Alors qu’Andersen, parvenu à se ressaisir, multipliait les arrêts devant la cage des Leafs, Rask jonglait avec le disque chaque fois qu’il recevait un tir.

À un certain moment, les Leafs avaient déjoué le gardien finlandais quatre fois sur 11 lancers.

Toutefois, on aurait dû se douter que les représentants de la Ville Reine ne parviendraient pas à soutenir la pression des locaux.

Parlez-en à Jake Gardiner. Sur la glace pour cinq des sept buts des Bruins, le défenseur en a pris pour son rhume.

Gagnant de cette éreintante série, les Bruins affronteront maintenant le Lightning, tombeur des Devils en cinq rencontres samedi dernier. Puisque cette finale de la division Atlantique ne se mettra en branle que samedi, le Lightning aura donc été inactif pendant une semaine.