NSH-COL

Les Predators en doivent une à Pekka Rinne

Publié | Mis à jour

Même s’il n’avait que très peu à se reprocher, le gardien des Predators de Nashville Pekka Rinne a subi l’affront d’être retiré du match, lundi soir, dans la défaite de 5-3 contre l’Avalanche du Colorado.

«Nous n’avons simplement pas été assez bons devant lui, a indiqué l’entraîneur-chef des Predators Peter Laviolette, après la rencontre, tel que cité sur le site web de la Ligue nationale de hockey (LNH). Je ne pense pas qu’on lui donnait le support dont il avait besoin. Ainsi, on l’a enlevé de là et mis Juuse (Saros) pour essayer de changer le momentum.»

Rinne avait permis quatre buts sur 15 tirs quand il a été retiré de la rencontre en début de deuxième période. Saros a ensuite bloqué les 18 rondelles dirigées vers lui tandis que Gabriel Landeskog, sur une décision de l’arbitre, a complété le pointage dans un filet désert lorsqu’il a été accroché en échappée devant une cage vide.

Du coup, l’écart est réduit et les Predators mènent maintenant 2-1 dans la série.

«Il n’y a rien que Pekka aurait pu faire, ils ont eu des chances incroyables devant le filet, a repris le défenseur Roman Josi. Nous n’avons pas très bien joué en première période. Ils ont rapidement été la meilleure équipe sur la glace et ont obtenu quelques buts.»

Une défaite bien méritée

Le pointage était ainsi de 3-0 pour l’Avalanche au terme de l’engagement initial.

«Nous avons obtenu ce que nous méritions, a poursuivi Josi. Nous nous sommes pas présentés en première période. Si tu ne commences pas bien, ils vont te faire payer. Ils sont rapides. Il faut parler de ce match, le mettre à la poubelle et réagir à la prochaine partie.»

Et Rinne n’a pas à s’inquiéter : c’est lui qui sera devant le filet des Predators, mercredi, pour entamer le quatrième match de cette série. Après tout, sa fiche de 42-13-4 en saison régulière fait de lui l’un des principaux candidats pour l’obtention du trophée Vézina, remis au gardien par excellence de la LNH.