Crédit : AFP

Séries 2018

Golden Knights: digne d'un film

Golden Knights: digne d'un film

Félix Séguin

Publié 17 avril
Mis à jour 17 avril

Je dois l’avouer. Les Golden Knights m’ont charmé.

Plusieurs événements, qui ont marqué la première saison des Golden Knights, me laissent croire que l’histoire de cette équipe sera portée, un jour, au grand écran.

Le scénario pourrait s’amorcer avec le propriétaire, Bill Foley, qui a payé la somme de 500 millions de dollars américains pour implanter une équipe de la LNH à Las Vegas, un marché qui n’avait rien d’un gage de succès.

Ensuite, il y aurait la composition de l’équipe avec des joueurs qui ont été rejetés par les 30 autres formations du circuit Bettman.

Puis, il y aurait une tragédie avec cette malheureuse fusillade survenue à Las Vegas, qui a fait 59 morts et 546 blessés. Et rappelez-vous, quelques jours plus tard, les Golden Knights avaient procédé à leur ouverture locale et ils avaient rendu hommage aux victimes, aux blessés en plus de saluer le comportement héroïque des policiers et des ambulanciers.

Cet événement tragique avait été rassembleur pour l’équipe et la ville de Las Vegas. Les Golden Knights ont donné beaucoup d’espoir en connaissant un départ canon et rapidement la communauté s’est rangée derrière la nouvelle attraction de Las Vegas.

Ensuite, on pourrait raconter que les Golden Knights ont fait face à de l’adversité sur la glace alors que les gardiens Marc-André Fleury, Malcolm Subban et Oscar Dansk se sont tous blessés. Toutefois, l’équipe a continué à gagner.

À cela, on pourrait ajouter que les Golden Knights ont écrit une page d’histoire, pour une équipe d’expansion, avec une récolte de 109 points ce qui a permis à l’équipe de terminer au cinquième rang au classement général de la LNH.

Et là, l’histoire n’est pas terminée. Alors que plusieurs (j’étais l’un de ceux-là) croyaient que le parcours Cendrillon de l’équipe était pour se terminer au premier tour éliminatoire face aux Kings, les Golden Knights sont en voie de balayer leur série.

Maintenant, tous les espoirs sont permis. Si tous les morceaux tombent en place, le scénario pourrait nous offrir un film semblable à des films comme Miracle (2004), Moneyball (2011) ou encore Mighty Ducks (1992-1996).

Imaginez si les Golden Knights devaient gagner la coupe Stanley. Le film serait un succès assuré. On a le droit de rêver.