SPO-EQUIPE-CANADA-HOCKEY

Crédit : JOEL LEMAY/AGENCE QMI

Canadiens

Dominique Ducharme attend la bonne offre

Publié | Mis à jour

Si Marc Bergevin souhaite mettre le grappin sur Dominique Ducharme, il a intérêt à «ne pas trop niaiser avec le puck».

«Certaines équipes m’ont déjà approché, mais je n’ai pas encore eu de nouvelle du Canadien», a déclaré l’actuel entraîneur-chef des Voltigeurs de Drummondville lorsque joint par le «Journal de Montréal» mardi peu après 14h. Pressenti comme l’un des principaux candidats à la succession de Sylvain Lefebvre chez le Rocket de Laval, Ducharme venait à peine de compléter ses bilans individuels de fin de saison.

«Je ne suis pas trop au courant de ce qui se passe, on a passé la journée en réunions avec les joueurs. On vient de finir il y a 15 minutes», a-t-il raconté.

Mis au parfum de la nouvelle, Ducharme a soutenu qu’il était prêt à écouter toutes les propositions.

«C’est certain que j’aimerais faire ça. Je ne m’en suis jamais caché, c’est certain que j’aimerais devenir entraîneur au niveau professionnel», a-t-il indiqué.

Entraîneur-chef des Voltigeurs depuis deux ans, le Joliettain de 45 ans possède une feuille de route bien garnie.

En plus d’avoir dirigé les Mooseheads d’Halifax, champion de la coupe Memorial en 2013, Ducharme a mené Équipe Canada junior aux grands honneurs en janvier dernier. Un an après s’être incliné, en tir de barrage, en finale de ce même tournoi.

Le Rocket répond-il aux critères?

Ce n’est pas la première fois que le nom de Ducharme circule dans les sphères de la Ligue américaine. L’an dernier, des pourparlers avec l’organisation des Blackhawks de Chicago et des Golden Knights de Vegas n’ont pas donné les résultats souhaités.

«Une question de timing», a-t-il mentionné à l’auteur de ces lignes.

À l’époque, on disait que la situation géographique des deux équipes-écoles (Rockford et Chicago) avait quelque peu refroidi les ardeurs de Ducharme. Laval serait donc la destination rêvée!Pas si vite.

«On parle de la location, mais ce n’est pas l’unique critère, a soutenu Ducharme. Il y a la situation de l’équipe, la philosophie de l’organisation. Comment travaille-t-elle avec sa formation de la Ligue américaine? Comment travaille-t-elle avec ses entraîneurs? Qui sont les adjoints?»

Pour toutes ces questions, un coup de fil à Sylvain Lefebvre pourrait sans doute l’éclairer...