Canadiens

«C’est un œil au beurre noir» - Michel Bergeron

Publié | Mis à jour

La saison du Rocket de Laval s’est terminée sans tambour ni trompette, dimanche, alors que l’équipe a tenu son bilan annuel.

Pourtant l’équipe venait tout juste de disputer – et perdre – son dernier match de la saison à Toronto la veille pour terminer au dernier rang du classement général de la Ligue américaine de hockey. Tout porte à croire que tout le monde voulait passer à autre chose. Et rapidement.

«Si on regarde l’ensemble de l’œuvre, c’est un œil au beurre noir, a indiqué l’analyste-hockey Michel Bergeron lors de l’émission Destination Coupe Stanley AM sur les ondes de TVA Sports. C’est la première année du Rocket à Laval et c’est évident qu’il y aura des changements. [...] Sylvain Lefebvre en était à sa sixième année en tant qu’entraîneur et il a manqué les séries éliminatoires cinq fois.

«On a pas de réponses au niveau du directeur général Larry Carrière et (de l’entraîneur-chef) Sylvain Lefebvre. On veut disparaître rapidement. C’est négatif. On ne parle pas des jeunes qui peuvent finalement faire le saut chez les Canadiens l’an prochain. Il n’y a pas de relève chez le Rocket.»

Bergeron a laissé entendre que Lefebvre pourrait être sacrifié au profit de, par exemple, Dominique Ducharme, l’entraîneur des Voltigeurs de Drummondville, qui a annoncé être prêt à passer chez les professionnels. Du moins, c’est le souhait du «Tigre».

«Si chez les Canadiens, on a besoin d’un coup d’éclat, c’est la même chose avec le Rocket, a confié Bergeron. Les assistances ont été assez bonnes avec le Rocket. Je pense que les changements doivent s’amorcer avec l’ajout d’hommes de hockey comme Joël Bouchard (Armada) et Dominique Ducharme (Voltigeurs). Les Canadiens ne peuvent pas se permettre de perdre Joël Bouchard, c’est évident. Bouchard est prêt à faire le saut et je pense que ce devrait être avec les Canadiens et Ducharme, avec le Rocket.»

À voir dans la vidéo ci-dessus.