Los Angeles Kings v Vegas Golden Knights - Game One

Crédit : AFP

VGK-LAK

Une rivalité bien installée entre les Golden Knights et les Kings

Publié | Mis à jour

Il est plutôt ardu pour une équipe qui s’implante à sa première année dans la LNH de créer d’explosives rivalités. Mais rien de mieux que les séries pour mettre la chicane dans la cabane, comme l’ont démontré les Golden Kinghts et les Kings, mercredi soir à Las Vegas, lors du premier duel de la série qui les oppose.

Les deux rivaux de la division Pacifique avaient bien fait connaissance à quatre reprises cette saison dans des affrontements corsés, mais rien de musclé comme leur premier face-à-face en matchs éliminatoires remporté à l’arrachée au compte de 1-0 par les Golden Knights.

Ceux-ci sont d’ailleurs devenus les seuls à part les Rangers (1927), les Blues (1968) et les Kings (1968) à remporter un match de séries par blanchissage à leur saison inaugurale. Le moins que l’on puisse dire est que les joueurs des deux clans ont accepté de payer le prix et que l’amour n’est pas dans l’air.

Signe que les séries sont bien débutées, les Kings ont été crédités de 68 mises en échec, contre 59 pour les Golden Knights. En saison régulière, les Kings avaient terminé troisièmes avec une moyenne de 25,8 mises en échec par rencontre, tandis que les Knights logeaient au 16e échelon avec une moyenne de 21,5.

«Quand je vois 68 mises en échec d’un côté et 59 de l’autre, je n’achète pas ça! Pas sûr que les gars seraient capables de marcher ce matin! William Carrier est probablement le seul qui a donné dix vraies bonnes mises en échec», a rigolé l’entraîneur-chef des Golden Knights, Gerard Gallant, qui estime que les statisticiens de ce monde ont la gâchette plus facile en séries.

Doughty suspendu

N’empêche que Gallant n’a pas souligné la contribution de Carrier au hasard. Le combatif attaquant montréalais de 23 ans frappait tout ce qui bougeait comme un train, pavant la voie au premier but des siens grâce à un retentissant coup d’épaule à Drew Doughty.

Le défenseur étoile des Kings a voulu lui rendre la monnaie de sa pièce en troisième période et l’a forcé à quitter la rencontre lorsqu’il a fait contact directement avec sa tête. Ce geste de frustration a d’ailleurs valu à Doughty une suspension d’un match. Oui, les premiers balbutiements d’une nouvelle rivalité sont bien en place.

«Je pense que Doughty n’était pas content de la manière dont Will l’a frappé pendant tout le match et ça ressemblait à un geste de vengeance. C’est malheureux», a indiqué Jonathan Marchessault après la rencontre.

Tous derrière Carrier

Chez les Golden Knights, après l’entraînement optionnel de jeudi, les joueurs présents ont tenu à saluer l’effort colossal de Carrier, qui sera réévalué au jour le jour avec une blessure au haut du corps.

«Nous, on l’adore! Hier (mercredi), il a été notre meilleur joueur. Il trouve le moyen de donner de bonnes mises en échec, comme celles à Drew Doughty et évidemment, Drew est revenu après. On voit que c’était de la frustration de Drew. C’est le genre de chose qu’il peut apporter et j’espère que les gens à travers la Ligue nationale sauront qui est William Carrier après les séries», a affirmé David Perron.

Bon départ

Carrier, un ancien des Sabres qui disputait son premier match en séries, n’était pas disponible pour commenter sa prestation de la veille. Le quatrième trio qu’il complète avec Pierre-Édouard Bellemare et Tomas Nosek a clairement donné le ton physiquement et joué dans la tête de Doughty.

«Je connais Will et il est solide comme c’est pas possible alors je ne suis pas spécialement inquiet», a commenté Bellemare.

«Il a été bon pour nous toute l’année», s’est empressé d’ajouter l’un des cinq co-capitaines, Deryk Engelland. Il utilise sa vitesse et son jeu physique pour générer de l’espace pour ses compagnons de trio. On sait très bien quand il est sur la glace parce qu’il finit toutes ses mises en échec et il fait des ravages sur l’échec-avant.»

La bonne humeur ne sera pas de mise chez les Kings, privés de l’un des meilleurs joueurs du circuit pour le match numéro deux vendredi soir. Reste à voir si les deux clans sauront se détester proprement.