Destination Coupe Stanley AM

Les Penguins restent sur terre

Publié | Mis à jour

Les Penguins de Pittsburgh ont peut-être écrasé les Flyers de Philadelphie, 7-0, lors du premier match de la série entre les deux équipes, mercredi soir. Toutefois, pour l’entraîneur adjoint de l’équipe, Jacques Martin, une victoire reste une victoire.

«Nous avons très bien travaillé en défensive sans la rondelle, a tout d’abord indiqué Martin lors de l’émission Destination Coupe Stanley AM sur les ondes de TVA Sports. Nous avons été opportunistes et nous avons marqué lorsqu’on a eu nos chances de marquer, surtout en début de match pour prendre l’avantage.

«Mais nous allons essayer de nous améliorer lors des mises en jeu et sur notre première unité du jeu de puissance, qui n’a pas fonctionné comme d’habitude. Nous avions le meilleur jeu de puissance durant la saison régulière, mais hier soir, nous forcions le jeu et nous n’avons pas eu les résultats que l’on recherchait sur le jeu de puissance.

«Nous savons qu’en séries éliminatoires, que tu gagnes 7-0 ou 1-0, c’est une victoire et c’est tout. Il faut être prêt pour le prochain match demain soir.»

Martin a continué sur le fait que son équipe a l’expérience qu’il faut pour bien gérer leur départ canon.

«Il faut avoir une mémoire courte, a confié Martin. Si tu gagnes ou subis une défaite, ça n’a aucun impact sur le match suivant. Notre équipe a vécu ça dans les deux dernières années. Nous avons de bonnes habilités, à commencer par notre capitaine, d’oublier ce qui s’est passé puis d’être prêts pour une rencontre difficile.»

L’entraîneur adjoint a également fait l’éloge de son capitaine, Sidney Crosby, qui a réussi un tour du chapeau naturel lors du duel, dont une autre réalisation après avoir frappé la rondelle dans les airs.

«Il faut donner crédit à Crosby comme capitaine et meilleur joueur, a dit Martin. Il travaille beaucoup avant et après les séances d’entraînement, à travailler sur différents détails de son jeu. Qu’il puisse dévier la rondelle dans les airs en est une démonstration. Il peut rester, souvent, 30 minutes après la séance d’entraînement, à travailler sur différents éléments. C’est un joueur qui veut toujours s’améliorer pour rester le meilleur joueur de la ligue. Ça porte fruit et c’est un bel exemple pour nos jeunes joueurs.

À voir dans la vidéo ci-dessus.