Crédit : ANDRÉANNE LEMIRE/AGENCE QMI

LHJMQ

Des Européens au statut incertain à Québec

Publié | Mis à jour

Parce que le statut de Philipp Kurashev demeure nébuleux et que les performances du défenseur Tomas Dajcar n’ont pas toujours été convaincantes durant sa première campagne dans la LHJMQ, les Remparts de Québec devront repêcher un ou deux patineurs au prochain encan des joueurs européens.

Bien avant que Philippe Boucher ne songe à démissionner, les Remparts s’étaient préparés à ces scénarios.

«Je n’irais pas au championnat mondial des moins de 18 ans (en Russie du 19 au 29 avril), car j’ai déjà assisté à trois évènements internationaux depuis le début de la saison», a plaidé Christian Vermette.

«Nous ne serons pas dépourvus si jamais nous devons repêcher. Des discussions ont été amorcées avec des agents. Au cours des prochaines semaines, nous entretiendrons ces relations.

«Éventuellement, quelqu’un sera en poste (directeur général) et il prendra les décisions finales dans le dossier des Européens», a mentionné Vermette.

Des offres alléchantes

Les Ours de Berne, et les Lions de Zurich, deux formations à budget élevé de la Ligue nationale A de la Suisse, seraient parmi les clubs intéressés aux services de Philipp Kurashev.

Kurashev a joué son hockey mineur dans ces deux villes (trois saisons à Berne, une à Zurich) avant de s’enrôler chez les Remparts de Québec à l’été 2016.

Au dernier relevé de la Centrale de recrutement de la LNH, le Suisse de 18 ans était classé au 68e rang parmi les patineurs actifs en Amérique du Nord. Le 23 juin, il pourrait entendre son nom dans les haut-parleurs du American Airline Center de Dallas à compter de la troisième ronde.

Question de gros sous

Comme tous les joueurs actifs dans la Ligue canadienne de hockey, Kurashev devrait évoluer dans la LNH pour toucher un salaire la saison prochaine puisqu’il ne sera pas admissible à jouer dans la Ligue américaine en 2018-19.

En nationale suisse, Kurashev pourrait signer une entente contractuelle, «d’une ou deux saisons», pouvant lui rapporter «au minimum» un salaire annuel de 100 000 francs suisses (130 000 $), selon un observateur local. Voire plus si ces clubs à budgets élevés se font concurrence pour le jeune Suisse à la réputation enviable.