Crédit : AFP

Séries 2018

David Perron de retour au jeu?

Publié | Mis à jour

Les Golden Knights étaient privés d’un élément clé de leur attaque au premier match des séries et se croisent les doigts pour le deuxième. David Perron, auteur de sa meilleure saison en carrière, pourrait revenir au jeu vendredi soir, au T-Mobile Arena.

«J’ai été bien averti, je ne vous parle pas de ma blessure!» a rigolé jeudi l’ailier sherbrookois à la vue des journalistes québécois venus à sa rencontre, après qu’il ait pris part à l’entraînement optionnel des siens, jeudi.

Perron a raté les six derniers matchs de la saison en raison d’une blessure au haut du corps. Voilà maintenant quatre jours de suite qu’il s’entraîne avec ses coéquipiers et le feu vert des médecins pourrait venir avant le match numéro deux.

«C’est ce que j’espère. Je commence à me sentir confortable sur la glace et c’est ce qui compte. La victoire d’hier (mercredi) nous donne un gros coup de pouce et je pense qu’on a joué un très bon match. Ça aurait pu aller d’un bord ou de l’autre, mais Marc-André Fleury a été notre meilleur joueur et on est fier de sa performance», a-t-il noté.

Une bonne récolte

Avec une récolte de 16 buts, 50 passes et 66 points, Perron a connu sa meilleure production offensive en carrière, lui qui s’aventurait pourtant dans l’inconnu avec une équipe d’expansion à Las Vegas.

«C’est la chimie avec les joueurs et la confiance de l’entraîneur qui ont fait la différence. Il me donne un bon rôle et il fait confiance à tous ses joueurs. Comme joueur, tu veux livrer la marchandise.

«Gerard (Gallant) accepte les erreurs. J’ai de l’expérience et si je fais un mauvais jeu, jamais il ne va pogner les nerfs, il n’hésite pas à me renvoyer sur la patinoire et ça me donne extrêmement confiance de réaliser des gros jeux. Ça fait partie de mon jeu de bien protéger la rondelle et de faire les gros jeux aux bons moments. Ça a porté fruit cette année», a-t-il expliqué.

Le trio avec Erik Haula et James Neal a des ailes, mais Perron (tout comme Neal), écoule la dernière année de son contrat. Celui qui s’est promené entre St. Louis, Edmonton, Pittsburgh, Anaheim et Las Vegas lors des six dernières saisons espère enfin s’établir à long terme dans son nouveau nid.

«C’est le fun de faire partie du groupe des leaders ici et avec le succès de l’équipe, on espère que ça va continuer. J’ai besoin de jouer avec la rondelle et c’est ce qui se passe ici. J’espère que cette fois est la bonne.»