Canadiens

Danault : «Il nous manque un centre»

Publié | Mis à jour

Phillip Danault a dressé un bilan très lucide de cette misérable saison 2017-2018. Incapable de mentir, le Québécois de 25 ans a placé le doigt sur un bobo important au sein de ce groupe.

«Nous n’étions pas aussi affamés que la saison dernière où nous avons participé aux séries, a raconté Danault. Nous ne pouvons rien prendre pour acquis dans cette ligue. C’est ce qui est arrivé.»

«C’est très décevant, a-t-il ajouté. Personne n’est content de ça. Par contre, on a appris beaucoup de choses dans l’adversité. On ne peut pas rien prendre à la légère lors du prochain camp. On a eu un camp moyen cette année.

Ce sera important d’arriver prêts au camp et que tout le monde se batte pour sa place.»

Utilisé pour une grande portion de la saison dans un rôle de premier ou deuxième centre, Danault sait que le CH devra ajouter du renfort à cette position.

«C’est sûr qu’il nous manque un centre, a-t-il répliqué. On n’est pas fous. Je laisse ça entre les mains de Marc Bergevin. Il va faire son travail. J’ai très confiance en lui. Mais c’est certain que c’est une place où on doit s’améliorer.»

Un genou amoché

Charles Hudon a pris difficilement la déconfiture de l’équipe cette saison.

«On sait que ç’a été pénible à prendre pour les partisans, mais vous ne pouvez pas imaginer à quel point c’était difficile à prendre pour nous, a expliqué le numéro 54. Ça joue beaucoup sur le mental d’une équipe. Sur le plan personnel aussi. Je suis quelqu’un qui veut gagner et qui veut toujours jouer au hockey. Alors, ne pas faire partie des séries, c’est très difficile pour moi.»

À sa première saison complète dans la LNH, Hudon a surmonté plusieurs obstacles.

«J’ai joué avec une blessure [à un genou] pendant deux moins, deux mois et demi, a-t-il admis. C’est difficile physiquement, mais aussi entre les deux oreilles. Tu veux jouer quand même, mais le corps ne veut pas suivre. Je suis une personne qui veut toujours jouer, qui ne veut pas lâcher. Je suis exigeant envers moi-même, alors la fin de la saison a été difficile à ce niveau-là.»

«J’essayais que ça ne paraisse pas, a-t-il poursuivi. Je voulais que ce soit seulement moi qui s’en rende compte. Finalement, ça a peut-être paru. C’est certain que les blessures m’ont ralenti, mais je suis quand même satisfait de ma saison jusqu’à après Noël. J’ai vécu le rêve d’un jeune Québécois de jouer avec le Canadien de Montréal.»

Hudon n’a pas à rougir de sa saison. Il a montré qu’il avait sa place dans la grande ligue avec une récolte de 30 points (10 buts, 20 passes) en 72 rencontres.

Une série de blessures

Danault a aussi passé plusieurs jours à l’infirmerie en fin de saison. Il a vu son année prendre fin le 10 mars lors de la visite du CH à Tampa.

«La dernière blessure, c’était une série d’événements, a-t-il souligné. J’avais reçu le tir de Zdeno Chara [13 janvier], puis ce tir-là contre le Lightning. C’était plus une question de précaution. Je ne voulais pas traîner ça tout l’été [il se mariera au cours de l’été]. C’est important de prendre soin de sa tête. Je ne voulais pas avoir un recul. C’était la meilleure décision à prendre d’arrêter de jouer.»

Danault, qui sera joueur autonome avec compensation au cours de l’été, a obtenu 25 points (8 buts, 17 passes) en 52 matchs.