Impact

Le Revolution sans pitié pour l'Impact

Publié | Mis à jour

Le Revolution de la Nouvelle-Angleterre a ramené l’Impact sur terre après une séquence de deux victoires par jeu blanc. Les Revs ont défait un Impact réduit à 10 joueurs par la marque 4 à 0 devant à peine 10 908 spectateurs au Gillette Stadium.

À VOIR : Taïder expulsé après un contact non-intentionnel

Teal Bunbury et Andrew Farrel ont marqué en première demie. Diego Fagundez (71e minute) et Wilfried Zahibo (80e) ont complété en seconde demie.

L’Impact, qui avait pourtant affiché de belles promesses en prenant le contrôle du milieu de terrain dès les premières minutes, a vu son plan de match prendre le bord quand Saphir Taïder a reçu un carton rouge à la 13e minute.

Taïder a étiré la jambe pour contrôler le ballon et a abattu accidentellement ses crampons sur le tibia de Luis Caicedo qui s’est effondré en douleur.

Si le rouge peut paraître sévère, il n’en demeure pas moins juste parce que le geste était sans l’ombre d’un doute dangereux.

Jouer avec un homme en moins quand Ignacio Piatti, légèrement blessé aux adducteurs, n’est pas de l’alignement, ce n’est évidemment pas une recette gagnante.

Philosophe

Rémi Garde n’était pas particulièrement démonté après la rencontre et a préféré aborder la situation avec philosophie.

«Parfois vaut mieux en prendre quatre d’un coup que de perdre quatre fois 1 à 0.

«Si on avait eu le bonheur de rester à 11 contre 11, la physionomie du match aurait été très différente. Dans les 15 premières minutes, on a eu des situations intéressantes.»

S’il avait des doutes sur le carton rouge de Taïder, il a surtout eu des réserves sur le jeu qui a mené au premier but des Revs.

«J’étais plus énervé sur le premier but. Il me semble qu’il y avait une faute sur Victor Cabrera. Je n’ai pas vu les images, mais je suis assez sceptique sur cette situation.»

En vrille

Le Bleu-blanc-noir est parti en vrille à compter de ce moment et la défensive s’est vite effritée en l’absence de l’Algérien qui a souvent l’effet d’un stabilisateur.

Il n’aura fallu que sept minutes pour que les locaux profitent de leur supériorité numérique quand une longue balle vers Teal Bunbury a permis au Canadien de battre Victor Cabrera pour ensuite décocher un tir croisé qui a battu Evan Bush sur la gauche.

Cabrera, qui était dans un très mauvais match, a été complètement largué dans ce qui aurait dû être un duel aérien.

Après un très bon début de saison, l’Argentin démontre qu’il manque encore de constance dans son jeu.

Ce but est aussi venu mettre fin à une séquence de 200 minutes sans accorder de but pour l’Impact.

Bush sauve la mise

Cabrera s’est une fois de plus fourvoyé quand il a fauché Cristian Penilla dans l’entrée de la surface une dizaine de minutes plus tard et sur la même séquence, Bunbury s’est retrouvé au sol à la suite d’un coup de hanche de Jukka Raitala.

L’officiel, Jose Carlos Rivero, a annoncé un tir de pénalité aux Revs, mais il lui aura fallu près de six minutes, avec l’assistance de l’officiel à la vidéo, pour déterminer qu’il y avait bien pénalty, et accessoirement, à qui il devait octroyer la faute.

C’est là qu’Evan Bush a décidé de se lever puisqu’il a plongé sur sa droite pour bloquer un tir un peu mou de Diego Fagundez, ce qui aurait dû avoir l’effet d’un électrochoc pour ses coéquipiers.

Bush a ensuite remis ça en étant vif sur une tête déviée de Bunbury, mais comme il ne peut pas tout faire seul, il a été battu par un tir d’Andrew Farrell à la 6e minute du temps ajouté qui a atteint huit minutes en raison des événements qui ont ponctué la première demie.

Les limites

Sans Piatti et Taïder, on a vu les limites de l’alignement de l’Impact en l’absence de ses deux joueurs désignés.

«Quand il manque deux joueurs aussi importants, aussi talentueux et aussi travailleurs dans l’équipe, c’est sûr que ça aide l’adversaire, concède Rémi Garde. C’est sûr qu’il faut être capable en tant qu’équipe de faire face à ce genre de situation-là.»

La grande classe de Taïder

Il y a des joueurs qui sont spéciaux et Saphir Taïder en fait partie, lui qui a fait preuve de beaucoup de classe à l’endroit de Luis Caicedo.

Le joueur désigné de l’Impact a pris le temps d’aller voir Caicedo dans le vestiaire du Revolution pour lui présenter ses excuses et voir comment il allait.

«Je voulais voir comment il allait parce que, sur le moment, je ne pensais pas lui avoir fait mal. Heureusement qu’il n’a rien de mal et qu’il n’est pas blessé, sinon j’aurais été vraiment mal.

«Je voulais m’excuser et lui dire que ce n’était pas grave le carton rouge parce que d’ici quelques jours je serai sur le terrain. Mais lui, il aurait pu être éloigné pendant un long moment.»

Lourde perte

La perte de Taïder dans le premier quart d’heure a fait très mal à l’équipe qui était aussi privée d’Ignacio Piatti.

«Le fait d’être exclu du terrain, ça n’a pas aidé l’équipe, 10 contre 11 à l’extérieur ce n’est pas facile, a reconnu Taïder. Je me suis excusé auprès de mes coéquipiers.

«J’ai une part de responsabilité et malgré tout ils se sont battus.»

Samuel Piette, qui travaille aux côtés de Taïder a corroboré les dires de son coéquipier.

«C’est un joueur très important surtout qu’on le perd pour le prochain match. Pour moi, c’est dommage de le perdre parce qu’il est complémentaire à mon jeu.»

Se relever

La défaite a été sans appel et c’est peut-être une bonne chose. L’Impact ne s’envolera pas sur un nuage et va devoir apporter des correctifs.

«Ça peut nous faire du bien. On était bien avec les deux victoires enchaînées et aujourd’hui ça fait mal. Jouer à 10 contre 11 après 15 minutes, c’est difficile», a noté Piette.

«Que ce soit 1 à 0 ou 3 à 0, on perd les trois points. Mais il ne faut pas baisser les bras. On ne fait pas un sprint, on fait un marathon», a ajouté le Repentignois.

N’empêche que Taïder croit que le Bleu-blanc-noir aurait pu faire de bien belles choses s’il n’avait pas été exclu de la rencontre.

«Vaut mieux prendre quatre buts et se relever plus fort. Mais à 11 contre 11, on aurait pu faire un résultat positif.»

L’Impact disputera son prochain match samedi alors qu’il rendra visite aux Red Bulls de New York.