UFC

Conor McGregor se rend aux autorités new-yorkaises

Publié | Mis à jour

Des gestes violents et intimidants de Conor McGregor au Barclays Center lui ont valu un mandat d'arrestation à New York, jeudi.

Mercredi, Khabib Nurmagomedov, invaincu et favori pour remporter le titre des 155 lb samedi au gala UFC 223 contre Max Holloway, s'en est pris à Artem Lobov, combattant et ami proche de l'Irlandais.

Jeudi, le «presque ancien champion» des légers de l'UFC a débarqué à l'amphithéâtre avec sa garde rapprochée.

Une vidéo filmée par la combattante Felice Herrig montre McGregor soulever une grille, avant d'être stoppé par un garde de sécurité.

Le président de l'UFC, Dana White, a mentionné à ESPN que c'était la chose la plus «dégoûtante de l'histoire de l'UFC». Selon White, un mandat d'arrestation a été lancé par les autorités new-yorkaises, et Conor ne peut quitter le pays.

Artem Lobov a été retiré de la carte de samedi. Rose Namajuans, la championne des poids paille, a été affectée et sa présence dans l'Octogone est incertaine.

Selon le journaliste Ariel Helwani, le compétiteur Michael Chiesa a été coupé par une chaise lancée dans la fenêtre d'un véhicule.

L'incident est survenu après la journée des médias, lorsque les combattants s'apprêtaient à retourner à l'hôtel.

Helwani affirme avoir vu une vidéo dans laquelle McGregor semble s'adresser à un athlète (possiblement Khabib) à l'intérieur d'une camionnette, en l'ordonnant d'en sortir.

Dana White et les autorités locales sont sur place et tentent de démêler l'affaire.

Bref, McGregor a voulu défendre son ami, mais les choses ont rapidement dégénéré.

«The Notorious» est aussi froissé par le fait qu'il perdra son titre samedi.

En fin de soirée, le réseau NBC a révélé que le combattant irlandais s'est rendu aux autorités de la ville de New York. McGregor devrait être accusé d'aggression.

Auparavant champion de deux divisions, il n'a jamais défendu ses titres. Son plus récent combat dans l'UFC s'est tenu en novembre 2016.