Golf

Sortie inoubliable entre frères à Augusta

Publié | Mis à jour

Une visite au Augusta National permet de mettre un crochet sur la «bucket list» de bien des amateurs de golf. Entre frères, l’expérience inoubliable est doublement savoureuse.

Charlie Beaulieu et son «petit» frère Jean-Pierre ont fait le voyage ensemble jusqu’à Augusta en début de semaine. Le premier est présent au Tournoi des Maîtres dans ses fonctions de vice-président de Golf Canada. Le second, directeur général de Golf Québec depuis 10 ans, l’accompagne.

Si Charlie en est à sa troisième visite au «National», il a permis à son cadet âgé de 59 ans de vivre son rêve de gamin dans cette famille de golfeurs. Pas de chicane parmi les sept enfants de la famille, il fallait que Jean-Pierre réalise ce qu’il chérissait depuis plus de 30 ans.

Impliqués

«Nous sommes tous très proches les uns des autres. Si nous pouvions tous venir, ce serait l’idéal, a blagué Charlie lorsque rencontré par "Le Journal de Montréal" sous le majestueux "Big tree", le grand chêne près du pavillon. Jean-Pierre est très impliqué dans le monde du golf au Québec. Augusta, c’est la Mecque du golf. C’était normal qu’il soit avec moi dans ce voyage.»

«Émotionnellement parlant, tout amateur veut se retrouver ici, a-t-il enchaîné. Je suis content de vivre cette expérience avec mon frère.»

«J’étais ému quand je suis entré sur la propriété, a renchéri Jean-Pierre. Quand j’ai vu de mes yeux le gazon d’un vert éclatant, mon rêve est devenu réalité. L’expérience débute dès qu’on entre dans le stationnement. C’est incroyable.»

Celui-ci a pu déambuler sur les allées verdoyantes et ondulées du National l’instant de deux jours lors des rondes d’entraînement et du concours de normales 3.

Respect et gentillesse

«Je suis impressionné par la gentillesse et la politesse des gens. Je suis aussi surpris par les dénivellations sur le parcours. Je ne m’attendais pas du tout à cela, a raconté Jean-Pierre. Et évidemment, se retrouver au Amen Corner, c’est inoubliable.»

Les Beaulieu ont été témoins des traditions sur le parcours. Quand une chaise est libre aux abords d’un vert, on peut s’y installer sans problème, et ce, même si elle ne nous appartient pas. Si le propriétaire se pointe, une petite tape sur l’épaule signifie qu’il veut récupérer sa place.

«Le respect et la sensibilité des spectateurs sont impressionnants, a signalé Charlie, toujours aussi émerveillé par l’endroit. C’est unique ici. À chacune de mes visites, je découvre quelque chose.»

Évidemment, les deux amateurs québécois avaient visité la nouvelle boutique du Tournoi des Maîtres. Ils ne s’y sont pas accroché les pieds en vidant leur portefeuille comme plusieurs spectateurs. Une simple visite au beau milieu de la journée permet de constater la folie qui habite l’énorme et luxueux bâtiment.

Les frères se sont laissés jeudi matin. Jean-Pierre est rentré à Montréal la tête pleine de souvenirs tandis que son frangin sautera dans l’avion vendredi, une fois qu’il aura terminé les rencontres de Golf Canada.

Ils pourront raconter leur expérience à leurs frères et sœur lors de la 20eédition du tournoi de golf de la Fondation Roland Beaulieu, rendant hommage à leur père, qui aura lieu au Mirage le 19 juin.

Depuis 1999, cette fondation a amassé près de 1,2 million $ qu’elle a remis à des œuvres de charité.