Crédit : Jennifer Buchanan-USA TODAY Sports

Impact

Impact: les doutes se dissipent peu à peu

Publié | Mis à jour

Si l’Impact de Montréal a amorcé sa saison avec deux défaites serrées, il s’est bien repris en blanchissant coup sur coup les deux finalistes de la dernière Coupe MLS.

La victoire de 1-0 samedi soir contre les Sounders de Seattle n’est pas banale même si elle a été acquise alors que les favoris locaux ont joué avec un désavantage d’un homme pendant la moitié de la rencontre.

«Si nous pouvons continuer de faire ce que nous avons fait dans les deux dernières parties tout en améliorant certains aspects, on pourrait avoir quelque chose de spécial», a noté Evan Bush, qui vient d’enregistrer les deux jeux blancs.

«Mais nous ne pouvons pas être complaisants et nous satisfaire de ces deux victoires.»

Sérieux

N’empêche, les observateurs qui entretenaient des doutes, fort légitimes au demeurant, vont peut-être réviser leur position.

«Le fait d’avoir battu ces équipes, ça va peut-être faire réfléchir d’autres clubs, mais il faut rester concentrés sur ce qu’on sait faire et progresser parce qu’il ne faut pas oublier qu’on est un groupe nouveau. On est ensemble depuis seulement deux mois», a mentionné Saphir Taïder, auteur d’une passe astucieuse pour préparer le but de Jeisson Vargas samedi.

Bush a toutefois fait rigoler les médias quand il a admis qu’il n’avait pas eu à regarder bien loin pour voir qu’on entretenait des doutes au sujet de l’équipe en début de saison.

«Il y avait des doutes à la maison, mon épouse doutait elle aussi. Je lui ai toujours dit que j’avais confiance en ce que nous bâtissons.»

«Vous avez vu à quel point nous avons travaillé fort en présaison, et nous construisons une mentalité en essayant de faire les choses de la bonne façon.»

Confiance

Vargas a marqué dans un second match d’affilée, et c’est intéressant parce que le jeune homme, qui semble être très timide dans la vie de tous les jours, éclot sur le terrain.

«Souvent, les joueurs qui ont ce type de personnalité ne sont pas toujours géniaux sur le terrain, mais dans son cas, il est fantastique», a mentionné Bush.

«Je suis entré dans le vestiaire, je l’ai félicité, et il souriait et riait comme un enfant. Ça, c’est contagieux et ça se projette sur les autres joueurs.»

Le partenariat entre Vargas et Ignacio Piatti est certainement fort prometteur après seulement deux rencontres.

«Les bons joueurs, ceux qui ont de la qualité, n’ont pas besoin de beaucoup de temps pour se trouver, a noté Rémi Garde. Ça peut encore s’améliorer et ce n’est pas figé, on a d’autres solutions.»

Krolicki progresse

Ken Krolicki a lui aussi connu un très bon match en effectuant du boulot de qualité en milieu de terrain.

«J’aime ses efforts physiques, c’est quelqu’un qui ne lâche jamais et qui travaille très, très fort. Il se place très bien et il est très discipliné dans son positionnement», a déclaré Samuel Piette.

«Il gagne en confiance de match en match et c’est beau à voir parce que ça nous rassure de voir qu’il est en confiance avec le ballon. Il est très calme. Tranquillement pas vite, il réalise son potentiel.»

Encore Fanni

Coïncidence ou pas, Rod Fanni a disputé deux rencontres avec l’Impact, et le Bleu-Blanc-Noir n’a accordé aucun but en 180 minutes.

«Rod apporte beaucoup de sérénité et de calme, a mentionné Garde. Je suis content aussi pour Evan, qui a fait des arrêts déterminants et qui a déjà deux jeux blancs de suite.»

Taïder a lui aussi souligné la contribution du vétéran de 36 ans.

«Défensivement, on est assez solides et il y a l’apport de Rod qui nous fait du bien. C’est un joueur d’expérience qui nous met à l’aise, et il met les défenseurs à l’aise.»