Lutte

Destination Los Angeles: le documentaire sur André the Giant

Destination Los Angeles: le documentaire sur André the Giant

Patric Laprade

Publié 29 mars
Mis à jour 29 mars

En marge de la première mondiale du documentaire, notre expert Patric Laprade vous invite à lire la première de deux chroniques sur l’une des plus grandes vedettes du monde entier, André the Giant, ou si vous préférez, le Géant Ferré. Aujourd’hui, il nous raconte comment il en est venu à travailler sur ce projet. Vendredi, il vous entretiendra sur la soirée de première et sur l’importance que Montréal et le Québec ont eue sur le Géant Ferré. Un rôle bien plus important qu’on le pense.

Au moment où vous allez lire cette chronique, je serai dans les airs en direction de Los Angeles, en Californie, afin d'assister à la première mondiale du documentaire sur André The Giant.

Cependant, permettez-moi de vous ramener quelque peu en arrière.

Nous étions le 2 mars 2017. Cela faisait déjà quelque temps que la nouvelle était sortie. La WWE, HBO et le journaliste sportif Bill Simmons allaient coproduire un documentaire sur André The Giant, mieux connu au Québec sous le nom du Géant Jean Ferré. Évidemment, comme n'importe quel projet sur un lutteur québécois ou qui a connu du succès ici, j'étais intéressé d'y participer. Mais avec la HBO et la WWE, on parle tout de même des ligues majeures américaines, avec lesquelles je n'avais aucun contact dans les départements concernés.

Puis, en ce jeudi soir de mars, mon téléphone a sonné. C'était une personne travaillant pour la compagnie de production engagée pour faire le documentaire. Ils avaient entendu, bien humblement à mon grand étonnement, que j'étais LA personne à contacter pour le Géant. Je n'en croyais pas mes oreilles.

Il appert que le réputé journaliste d'arts martiaux mixtes et concitoyen montréalais Ariel Helwani avait déjà travaillé avec le réalisateur Jason Hehir et Ariel lui avait mentionné mon nom. Même chose du côté du côté de l'archiviste de la WWE Ben Brown que j’avais déjà rencontré à quelques reprises. Je me suis alors dit que ça avait valu la peine de passer plusieurs années à me bâtir un réseau de contacts solide dans le milieu de la lutte et des médias.

Cependant, tout comme Mylène Farmer (ou Kate Ryan pour les plus jeunes), j'ai rapidement désenchanté.

La production se cherchait surtout une personne qui parlait français pour faire des appels à la famille du Géant en France, qui elle ne parle pas anglais. Un rôle que je pouvais amplement accomplir, mais qui ne me plaisait pas trop.

Suivant ma devise que ça ne coûte rien de demander dans la vie et n'ayant pas peur de me faire dire non, j'ai envoyé un courriel aux gens de la production leur disant pourquoi et comment je pourrais bien mieux les servir. La réponse a été au-delà de mes attentes. Non seulement je suis soudainement devenu l'un des consultants historiques, mais j'ai reçu l'invitation d'aller en France tourner avec eux. J'allais non seulement rencontrer la famille, mais les interviewer en plus.

(légende: Maison familiale du Géant à Molien)

Ce furent d'ailleurs des journées de tournage exceptionnelles. J'ai eu la chance de rencontrer deux de ses frères, sa belle-sœur, un de ses amis d'enfance, de visiter le bar où il se tenait dans son patelin d'Ussy-sur-Marne, la maison familiale dans le petit hameau de Molien, et même d'entrer dans la chambre d'hôtel où il a, tragiquement, rendu son dernier soupir en janvier 1993.

J'ai appris une tonne de choses sur le Géant Ferré, moi qui en savais déjà pas mal pourtant et c'est ce que je trouve si passionnant de mon métier. La lutte professionnelle est un domaine où on en apprend tous les jours, et ce, à tous les niveaux. Particulièrement quand on s’intéresse à l’histoire de celle-ci.

Lutte Grand Prix, WrestleMania et Princesse Bouton d’or

L’équipe m’a également fait une belle surprise alors que j’ai eu l’honneur d’être interviewé à mon tour à titre d’historien. Comme si ce n’était pas suffisant, par la fin du périple, j’avais eu une promotion. J’étais rendu «field producer», un type de producteur associé. Producteur segmentaire est la traduction la plus proche. La collaboration ne s’est pas arrêtée là bien entendu. Avant notre départ pour Paris, j’avais participé à l’élaboration du questionnaire d’entrevue de l’ancien lutteur et promoteur de Montréal Gino Brito et au retour, j’ai pu partager davantage mes connaissances historiques sur le Géant. J’ai même fini par faire de la traduction, pour des vidéos en provenance de France datant des années 60.

(légende  un jeune Jean Ferré avec le Québécois Frank Valois)

Parce qu’André Roussimoff de son vrai nom a commencé à lutter dans son pays d’origine au milieu des années 60, avant de commencer à voyager, principalement au Royaume-Uni et au Japon. En juin 1971, il faisait ses débuts en Amérique du Nord ici même à Montréal, plus particulièrement à l’Auditorium de Verdun, pour la toute nouvelle Lutte Grand Prix. Le reste appartient à l’histoire comme on dit. Quelques années plus tard, André faisait ses débuts à New York pour Vince McMahon le père et est ultimement devenu cette star internationale. Il est l’un des rares à avoir transcendé son sport sur la scène mondiale. Quelqu’un peut ne pas connaître la lutte, mais il connait assurément le nom d’André the Giant. Quel amateur de lutte des années 80 n’a jamais vu la finale de WrestleMania III entre le Géant et Hulk Hogan? Ou bien ce fameux match de février 1988, présenté d’ailleurs en français à l’antenne de TVA, lorsqu’il a ravi le titre de la WWF à Hogan, pour ensuite le vendre à l’homme d’un million de dollars, Ted DiBiase? Sans parler du film qui fait tant parler, Princess Bride, Princesse Bouton d’or en français, avec entre autres une jeune Robin Wright (House of Cards quelqu’un?!).

Alors de dire que je suis fier de faire partie du documentaire est un euphémisme. Mais au-delà de la fierté, je me compte chanceux. Chanceux de pouvoir partager ma passion et de communiquer les connaissances que j’ai accumulées au fil du temps. Chanceux et surtout fébrile de savoir que je vais retrouver cette équipe formidable avec laquelle j’ai travaillé l’an dernier. Je vais également avoir la chance de partager ce moment avec mon fidèle comparse à TVA Sports Kevin Raphaël, mais aussi avec le neveu du Géant, Boris, qui croyez-le ou non, habite à Saint-Léonard et qui sera à la première avec nous.

Une nouvelle inattendue

Dans la vie, on ne sait jamais où les choses vont nous mener. On participe à des projets, on accepte de faire ou de donner des entrevues, on passe des heures à lire et à s’instruire. Et quand on fait ces choses pour les bonnes raisons, la vie se charge de nous le rappeler.

Alors que j’en étais à ma dernière soirée à Paris, après avoir complété le tournage, j'ai reçu un courriel. Dans ce courriel, on me convoquait à une rencontre avec la haute direction de TVA Sports. Vous vous en douterez, cette rencontre a mené à ce que je devienne commentateur pour la WWE et chroniqueur sur le TVASports.ca.

Comme quoi il n’y a pas que les mauvaises nouvelles qui n’arrivent jamais seules.

Les bonnes aussi!