Boxe

Le choix impopulaire d'Éric Martel-Bahoeli

Publié | Mis à jour

Éric Martel-Bahoeli sera de la carte le 7 avril prochain au Centre Videotron, même s’il y a un peu plus d'un an, il annonçait sa retraite après une cinglante défaite contre le canadien Adam Braidwood.

Cette décision de livrer un autre et dernier combat ne fait pas l'unanimité chez ses proches à Québec.

La vieille de la conférence de presse du 27 février dernier, Martel a logé un appel à sa mère pour lui dire qu'il envisageait peut-être se battre une autre fois.

Céline Martel s'y opposait et lui dressait une liste des contre pour protéger la santé de son garçon : «Finalement, c'est le lendemain aux nouvelles que j'ai vraiment appris qu'il se battrait encore une fois, a raconté Mme Martel à TVA Sports dans un reportage diffusé jeudi. J'étais fâchée.»

Son entraîneur Francois Duguay en est un autre qui s'oppose à son combat du 7 avril contre le Mexicain Hector Aguilera.

D’ailleurs il lui a déjà signifié qu'il ne sera pas dans son coin au Centre Vidéotron. Duguay a encore frais à la mémoire le combat de David Whittom en mai 2017 à Frédéricton, alors qu'il a subi un K.-O. dévastateur qui l'oblige encore à être hospitalisé au Nouveau Brunswick.

«Je comprends François : il a commencé à nous entraîner ensemble, David et moi, et ne veut sans doute pas revivre la même chose», constate Martel-Bahoeli.

Si le pugiliste de 36 ans insiste pour se battre une dernière fois, c'est que sa défaite contre Braidwood le hante encore et il veut terminer sa carrière sur une bonne note. Reportage de Stéphane Turcot, à voir dans la vidéo ci-dessus.