Canadiens

Greg Pateryn fustige Andrew Shaw

Publié | Mis à jour

Greg Pateryn restait dans l’ombre d’Alexander Radulov pour cette confrontation contre son ancienne équipe. Après la rencontre, les rôles étaient inversés.

Pateryn a attiré les réflecteurs vers lui d’une façon pratiquement accidentelle. En troisième période, il a été impliqué dans une violente collision avec Andrew Shaw. Pateryn s’est fait renverser par une mise en échec de son ancien coéquipier. Même s’il était à l’origine du contact, Shaw est celui qui a encaissé le plus le choc puisque sa tête a heurté le casque de son rival.

Dans le vestiaire de l’équipe adverse, Pateryn n’a absolument pas cherché à défendre Shaw.

«Je pense qu’il me ciblait, a résumé l’Américain. On dirait que sa tête a frappé la mienne. Mais il y a une raison pourquoi ce gars a quatre ou cinq commotions cérébrales par année. C’est de cette façon qu’il joue. Il était inconscient après le contact, il s’est blessé en me frappant. Je n’avais pas réalisé qu’il était K.-O. avant de le voir sur la glace. Il avait les yeux derrière la tête. Quand tu joues de cette façon, c’est ce qui arrive.»

Mis au parfum de la déclaration de Pateryn, Claude Julien a refusé de jeter de l’huile sur le feu.

«Un commentaire de la sorte ne mérite pas une réponse», a répliqué l’entraîneur en chef du Canadien.

Un joueur amoché

Shaw n’a pas pris le chemin de l’hôpital après la rencontre.

«C’était une grosse collision, a mentionné Julien. Il ne se sent pas bien et les docteurs l’examinent. Je sais qu’il est amoché en ce moment. Je n’ai pas encore reçu un rapport pour sa blessure, à savoir si c’est une commotion ou non. Il a été sonné.»