Boxe

Kim Clavel et sa passion pour les chevaux

Kim Clavel et sa passion pour les chevaux

Andy Mailly-Pressoir

Publié 13 mars
Mis à jour 13 mars

Si Kim Clavel a besoin de se ressourcer, vous la retrouverez, à Saint-Liguori, au beau milieu d’une vingtaine de chevaux, au ranch de sa maman.

Loin du ring de boxe et des salles d’opération de l’hôpital de Joliette où elle travaille, la boxeuse et infirmière de 27 ans retrouve, en quelque sorte, ses racines.

Kim et sa grande sœur ont grandi à travers la passion de leur maman. Élevées en campagne notamment à Saint-Calixte et Crabtree, les filles de Linda Caron ont été initiées dès l’âge de 3 ans à l’équitation.

«À six mois, elle était assise sur un cheval! Avec nous évidemment, on ne la laissait pas toute seule», se rappelle sa mère. «Avant de marcher, elle était sur un cheval.»

Maman Linda a toujours élevé ses filles dans la simplicité. Ses filles n’avaient pas de Nintendo ou de vêtements de marque, mais elles pouvaient se vanter de pouvoir monter des chevaux ou des poneys. Les animaux, la nature et de l’air frais, c’est tout ce dont ses enfants avaient besoin. La jeune Kim s’est alors vite trouvé un modèle: sa maman, une mère monoparentale, était le symbole de la femme invincible.

«C’était mon héros de jeunesse. Ma mère était forte, elle était musclée, je voulais être comme elle», indique la petite et coriace boxeuse chez les poids mi-mouches.

De l’équitation à la boxe

Après quelques années de compétitions équestres, c’est en pratiquant le taekwondo qu’elle s’est rendu compte qu’elle était faite pour la boxe. Membre de l’équipe nationale pendant sept ans, cinq fois championne canadienne en boxe amateur... bref, vous connaissez la suite.

Le 7 avril prochain, au Centre Vidéotron, à son troisième combat professionnel, Kim tentera d’ajouter une troisième victoire à son tableau de chasse.

«Je ne connais pas encore mon adversaire, mais je m’en fous. Elle va avoir des bras, une tête, elle va me lancer des coups de poing, je vais la boxer. Peu importe qui, je vais la boxer du mieux que je peux.»

Et bien sûr, Maman Linda sera de la partie.

«À travers Kim, je vis beaucoup de choses. J’étais une sportive aussi plus jeune. Quand je vois Kim, je ressens tout ça.»