Impact

Avec plus de chance...

Publié | Mis à jour

Rémi Garde a tiré beaucoup de positif du revers de 3- 2 contre le Crew de Columbus, samedi, mais après avoir regardé le match, il se mord sans doute un peu les lèvres.

«Encore un peu plus de frustration, a-t-il admis lundi matin. Quand on revoit le match à froid, on se dit que sur l’ensemble du match, sept occasions franches qu’on s’est procurées, si on avait eu un peu moins de malchance et un peu plus d’efficacité, le résultat aurait été tout autre.

«La frustration est là, mais il y a aussi beaucoup de signes encourageants par rapport à la prestation qu’on a pu fournir.»

Ce qui est encourageant, c’est surtout le fait que lors de ses deux premiers matchs de la saison, l’Impact a été la meilleure équipe en seconde demie.

Basculer le match

«On était capables de faire basculer le match dans les dernières minutes, c’était mon sentiment sur le bord du terrain, a insisté l’entraîneur-chef. J’avais vraiment le sentiment que Columbus avait jeté toutes ses forces dans la bataille.

«Pour moi, c’est toujours le résultat qui passe en premier, mon inquiétude n’est pas aussi grande que le laissent envisager ces deux résultats négatifs. On a été malmenés par moments, mais si vous regardez le nombre de situations chaudes d’un côté comme de l’autre, y’a pas photo sur le match.»

Garde a tenu à rappeler que ce ne sont que deux matchs, à l’étranger de surcroît, il n’y a donc pas lieu de paniquer.

«J’aimerais aussi qu’on se rappelle qu’on a perdu un joueur majeur trois jours avant le début du championnat, qu’on a un groupe jeune et qu’il y a deux mois, on ne se connaissait pas. Ce n’est pas encore le moment de tirer la sonnette d’alarme de toutes ses forces.»

Histoire de changement

La décision de Garde de ne procéder qu’à un seul changement au cours de la rencontre a suscité un certain débat sur Twitter au cours du week-end et le principal intéressé comprend la discussion.

«J’aurais pu, je comprends le débat, a-t-il reconnu. J’aurais pu ne pas faire rentrer Raheem [Edwards] et on n’aurait peut-être pas marqué le deuxième but.

«Je me suis posé la question. Bien évidemment que j’aurais pu, à la 92e, faire un changement pour casser le rythme. Je m’interroge très sincèrement. C’est aussi faire entrer un joueur pour 30 secondes et par respect pour le joueur, j’aime pas bien.»

Cela dit, son équipe dominait le jeu et avait l’ascendant sur le Crew. Une substitution pour casser le rythme aurait peut-être plus nui à son équipe qu’à la formation locale.

Buts rapprochés

Par ailleurs, l’Impact a accordé deux buts en peu de temps à ses deux premiers matchs. À Vancouver, les Whitecaps ont marqué à sept minutes d’intervalle et à Columbus, le Crew a inscrit ses deux premiers buts à trois minutes d’écart.

«J’en ai déjà parlé aux joueurs», a convenu Garde.

«C’est inquiétant, mais d’un autre côté, ce qui est intéressant c’est que même si on est menés de deux buts, on est capables de revenir, on l’a démontré.»

Et si l’équipe parvient à revenir dans la rencontre, c’est parce que les bons ajustements sont apportés.

«On arrive très bien à corriger le tir en seconde période par notre positionnement sur le terrain qui a été très intéressant et par une activité physique très intéressante.»