Crédit : AFP

Tennis

Indian Wells: retour gagnant pour Serena Williams

Agence France-Presse

Publié | Mis à jour

Après 404 jours d'absence, l'ancienne no.1 mondiale Serena Williams a fait son retour sur le circuit WTA jeudi à Indian Wells et a vite retrouvé ses repères pour atteindre le 2e tour.

À 36 ans, après 14 mois d'absence et de graves complications médicales à la suite de la naissance de sa fille Alexis Olympia, l'Américaine a encore de l'ambition, même si elle n'a plus de classement WTA.

La reine du tennis féminin, lauréate de 23 titres du Grand Chelem, a maîtrisé, sans avoir été mise en danger sur son service, la Kazakhe Zarina Diyas, 53e mondiale, en deux manches de 7-5, 6-3.

Tout n'a pas été parfait loin de là, avec un service perfectible (58% de premières balles, quatre double fautes) et une grande nervosité malgré le soutien enthousiaste du public.

Mais la cadette des soeurs Williams a réussi la première étape de son retour, 14 mois après son dernier match, la finale des Internationaux d'Australie 2017.

«C'est incroyable, me revoilà un an et un enfant après, et maintenant je vais vite retrouver ma fille à la maison», a confié l'Américaine qui avait initialement projeté de revenir pour les Internationaux d'Australie 2018 en janvier dernier, avant de renoncer à court d'entraînement.

«Ce match n'a pas été facile, j'ai affronté (Diyas) à plusieurs reprises et chaque fois, c'était compliqué. Je suis encore un peu "rouillée", mais ce n'est pas le plus important, ce qui compte, c'est de donner le meilleur de moi-même chaque match pour mon retour», a-t-elle confié.

«Ni stress, ni pression, ni attente»

Williams, sacrée à deux reprises à Indian Wells, tournoi qu'elle a boycotté de 2002 à 2014 pour y avoir été victime de racisme avec sa famille de la part de certains spectateurs lors de l'édition 2001, veut savourer ce retour.

«J'essaie simplement de prendre les choses comme elles viennent, sans stress ni pression ou attente, quelque chose que j'ai rarement fait dans ma carrière», a-t-elle expliqué.

«Je sais que je ne jouerai pas à mon meilleur niveau lors des premiers matchs, cela va prendre du temps», a prévenu la joueuse aux 72 titres WTA.

Sa prochaine adversaire pourrait lui poser plus de problèmes: il s'agit de la Néerlandaise Kiki Bertens, 29e mondiale, qu'elle a toujours battue en deux confrontations.

Une autre ancienne no.1 mondiale, également sacrée à Indian Wells et devenue mère récemment, a réussi elle-aussi son retour: la Bélarusse Victoria Azarenka a dominé la Britannique Heather Watson en deux manches de 6-4, 6-2.

Azarenka, 204e mondiale et bénéficiaire d'une invitation, a toutefois dû batailler plus d'un quart d'heure dans le septième jeu du second set pour faire définitivement plier Watson, 70e mondiale.

La Bélarusse, engagée dans une bataille judiciaire avec son ancien compagnon pour la garde de leur fils et obligée de rester aux Etats-Unis, n'était plus apparue en compétition depuis le dernier Wimbledon.

Serena Williams justifie son recours à une AUT à Roland-Garros en 2015

Serena Williams a justifié jeudi soir son recours à une Autorisation d'usage à des fins thérapeutiques (AUT) lors du tournoi de Roland-Garros 2015, en expliquant depuis le tournoi WTA d'Indian Wells qu'elle y avait souvent recours et rappelant qu'elle n'avait jamais été contrôlée positive.

Interrogée après sa victoire au premier tour sur son utilisation d'une AUT, Serena Williams a répondu: «je n'ai jamais été contrôlée positive. J'ai toujours eu recours à des AUT donc vous devriez vérifier vos informations».

«Je n'allais pas jouer (Roland-Garros) sans AUT parce que si vous vous souvenez bien, j'étais très malade cette année-là», a-t-elle ajouté après sa victoire sur la Kazakhe Zarina Diyas 7-5, 6-3.

L'Américaine a assuré n'avoir rien fait de mal et avoir demandé une AUT en 2015 pour se soigner d'une grippe. Cette année-là, elle avait obtenu une dérogation pour prendre du prednisone, un corticostéroïde anti-inflammatoire, pour soulager ses symptômes.

Très affaiblie pendant la quinzaine, elle avait quand même remporté le tournoi, s'imposant contre Lucie Safarova en finale.

"Je ne vais jamais, jamais faire en sorte d'avoir un avantage sur quelqu'un d'autre. Je ne suis pas comme ça", a-t-elle déclaré. "Je ne sais même pas comment j'ai fait pour gagner le tournoi et je pensais vraiment ne pas pouvoir jouer la finale."

"Cela fait 20 ans que je joue et j'ai toujours été extrêmement honnête. C'est quelque chose dont je suis fière, surtout depuis que j'ai une fille", a ajouté Williams, de retour sur le circuit WTA après une maternité et 14 mois d'absence.

"Je ne pourrais jamais regarder ma fille dans les yeux et lui dire +Maman a triché+. C'est complètement irresponsable, et même avant (la naissance de ma fille), j'avais déjà cette attitude", a-t-elle affirmé