LHJMQ

Tous s'étaient trompés au sujet de Drake Batherson

Publié | Mis à jour

Drake Batherson est aujourd’hui un des plus beaux espoirs des Sénateurs d’Ottawa mais, il y a deux ans à peine, rien ne destinait l’attaquant de l’Armada de Blainville-Boisbriand à un avenir dans la Ligue nationale de hockey (LNH).

Au repêchage de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) en 2014, le petit attaquant de 5 pi 7 po et 145 lb était ignoré par toutes les équipes.

Choisi l’année suivante par les Screaming Eagles du Cap-Breton au sixième tour, Batherson est retranché du camp d’entraînement à 17 ans et se rabat sur la Ligue junior A des Maritimes.

«J’ai suivi une route plus longue vers la LHJMQ que la plupart des joueurs qui sont choisis au repêchage dès 15 ans», a-t-il convenu dans une entrevue diffusée par TVA Sports, lundi.

Mais la suite se déroule à la vitesse grand «V». Après une poussée de croissance, Batherson connaît une excellente première saison dans les rangs juniors, récoltant 58 points en 61 matchs. Aujourd'hui, il a une forte présence physique sur la glace à 6 pi 2 po.

«On le voit aujourd’hui, c’est une pièce d’homme, mais je me souviens qu’il y a trois ans, ce n’était pas ça, a commenté son entraîneur-chef chez l’Armada, Joël Bouchard. Il était en plein développement.»


«J’ai pratiqué ce sport à une petite taille et je le joue maintenant comme gros hockeyeur. La combinaison de ces deux styles m’a permis d’apprendre beaucoup.» - Drake Batherson

C’est après cette première campagne impressionnante en Nouvelle-Écosse que les Sénateurs le choisissent au quatrième tour du repêchage de la LNH. Son père Norm et son oncle Dennis Vial ont tous deux joué à Ottawa dans les années 1990.

En hausse

À son retour dans la LHJMQ, Batherson explose. Après avoir signé son premier contrat professionnel, il marque 16 buts à ses 15 premiers matchs de la saison 2017-2018. Il devient du coup un excellent candidat pour l’équipe nationale canadienne en vue du Championnat mondial de hockey junior.

«Quand on a tenu les trois matchs pour évaluer l’équipe, il a progressé lors de chaque rencontre alors que d’autres gars régressait. On était tous d’accord que ses habiletés parfaites pour un tournoi international», a évalué Bouchard, également directeur d’Équipe Canada junior.

Suite logique, Batherson a inscrit sept buts en route vers la conquête canadienne de l’or à Buffalo au tournant de l’année. Citoyen américain de naissance, mais Canadien dans son cœur, Batherson retient des souvenirs impérissables de cette compétition. «C’était certainement le plus beau moment de ma vie», dit-il.

En plein tournoi, après les quarts de finale, Batherson apprend qu’il quittera Sydney pour les Laurentides dans le cadre d’un échange.

«C’était un peu bizarre d’apprendre ça tout de suite après le match, s’est souvenu Batherson. Mais j’étais vraiment enthousiaste à l’idée de joindre Blainville-Boisbriand, où l’équipe est si bonne.»

«Ce qui était drôle, ce qu’il recevait l’annonce par téléphone et il me regardait en même temps, les yeux ronds», a raconté Bouchard.

Les lacunes de son jeu

Les séries approchent à grand pas dans la LHJMQ - Batherson et l’Armada visent la conquête de la coupe du Président. Puis, qui sait, sa route atypique le mènera-t-il à la LNH?

«C’est un beau projet, Drake. C’est une bonne personne, a assuré son entraîneur. Est-ce qu’il a des choses à améliorer dans son jeu? Oui. Est-ce qu’on a du temps encore? Le mot que j’utilise avec lui, c’est qu’il est encore à l’état brut.

«Il n’est pas raffiné comme joueur. Il a beaucoup d’habiletés et d’instinct qui sont difficiles à enseigner, mais il lui reste maintenant les choses méthodiques à faire, les automatismes et les choses collectives.»

Tout indique que sa progression rapide est loin d’être terminée.

«Plus jeune, on me disait que je ne réussirais jamais, que la LNH n’était pas accessible pour moi, que j’étais trop petit, de dire Batherson. C’est une belle fierté pour moi de leur prouver qu’ils avaient tort. Je veux continuer à les faire mentir.»