FBL-ENG-PR-MAN CITY-CHELSEA

Crédit : AFP

Soccer

City imperturbable, Arsenal irrécupérable

Agence France-Presse

Publié | Mis à jour

Passation de pouvoir. Une semaine après avoir remporté la League Cup, Manchester City a écarté dimanche Chelsea (1-0), encore champion en titre pour quelques semaines. Rien ne va plus à Londres puisque, dans le même temps, Arsenal a creusé un peu plus à Brighton (1-2) sa tombe et celle d'Arsène Wenger après la 29e journée de Premier League.

Au-delà de leur résultat, les Citizens impressionnent en étant tout simplement supérieurs dans tous les compartiments du jeu. Et au-delà de cette supériorité, l'équipe de Pep Guardiola gère très intelligemment ses efforts en vue des échéances européennes du printemps.

Avec 78 points à neuf matches du terme, dont 18 d'avance sur l'actuel dauphin Liverpool, Manchester City est en mesure de s'adjuger officiellement le titre d'ici la fin du mois, ou le 7 avril, contre... Manchester United.

La dynamique est en revanche inquiétante pour Chelsea, qui a perdu quatre de ses cinq derniers matches de Premier League. Les Londoniens comptent désormais cinq points de retard sur Tottenham, qui occupent la 4e place, la dernière qualificative pour la prochaine Ligue des Champions.

En dehors de N'Golo Kanté, malade et remplacé par Danny Drinkwater, le onze de départ d'Antonio Conte était pourtant similaire à celui aligné face à Barcelone, en huitième de finale aller de C1 (1-1). A la différence de cette confrontation, Chelsea a été beaucoup plus poussé dans ses retranchements, et n'a pas tiré une seule fois en première période. Les Blues ont toutefois rarement été mis en danger, en dehors d'un tir de Leroy Sané repoussé sur sa ligne par Cesar Azpilicueta (27e).

Une grossière erreur d'Andreas Christensen, déjà fautif contre Barcelone, a cependant permis à Bernardo Silva d'ouvrir le score à la reprise (46e). Ce qui a aidé City ensuite à contrôler les opérations jusqu'à la fin du match.

Arsenal au point mort

Avec la 3e défaite d'affilée des Gunners, Londres referme donc dans la grisaille le week-end.

Depuis plusieurs saisons, Arsenal avait des résultats inférieurs à ses concurrents, mais maintenait un beau jeu et une certaine force collective. Ce n'est plus le cas.

La première demi-heure à Brighton restera dans les mémoires des supporters londoniens, tant la faillite a été spectaculaire. Les deux buts de Lewis Dunk (7e) et Glenn Murray (26e) ne reflètent qu'infidèlement la fragilité des Londoniens, qui ont concédé huit occasions de buts en vingt-cinq minutes. Malgré la réduction du score illogique de Pierre-Emerick Aubameyang (43e), la réaction du reste de l'équipe a été trop molle pour espérer davantage.

Les chances de qualification pour la prochaine C1 s'amenuisent chaque semaine. "On est trop loin, c'est quasiment impossible maintenant", a d'ailleurs reconnu Wenger. Sixièmes avec 45 points, ses hommes comptent treize unités de retard sur Tottenham, vainqueur facile de Huddersfield (2-0), samedi. Ce 6e revers en huit sorties fait mauvais genre pour Arsenal, déjà rossé deux fois d'affilée 3-0 dimanche et jeudi par Manchester City.

Wenger abattra jeudi sa dernière carte en Ligue Europa, avec notamment un déplacement sur le terrain du Milan AC, en huitième de finale aller. En cas d'échec, le technicien alsacien risque d'être définitivement abandonné par ses joueurs, ce qui rendrait un départ inéluctable à l'intersaison.

Interrogé sur le mécontentement de plus en plus vif des supporters d'Arsenal, Wenger a eu recours à une explication alambiquée: «Je peux comprendre cette frustration. La finale perdue a créé beaucoup de négativité. En plus de cela, le match de jeudi ne nous a pas aidés aujourd'hui.»

Suite et fin de cette 29e journée lundi. Manchester United (3e avec 59 points), aura l'occasion de repasser devant Liverpool (60 points), qui s'est imposé sans trop de difficultés contre Newcastle (2-0).