Impact

Impact: des objectifs modestes d'ici au mercato d'été

Publié | Mis à jour

Le directeur technique de l'Impact de Montréal, Adam Braz, ne joue pas à l'autruche. Le Bleu-Blanc-Noir n'a pas l'effectif des équipes favorites pour enlever les grands honneurs. Du moins, pour l'instant.

«Je n’aime pas le mot ‘survivre’, mais nous voulons certainement être compétitifs dès le début», lance Braz dont le principal objectif pour ses troupes est de demeurer parmi les équipes qui se battent pour les séries.

Assommé par la perte de Zakaria Diallo en défense centrale, le onze montréalais débutera la nouvelle campagne de la MLS dimanche avec une prise au compteur.

«Absolument. Je ne le cache pas. C’est très dommage parce que Zakaria [Diallo] est rentré et a très bien fait pendant la pré-saison, que ce soit sur le terrain ou à l’extérieur. Il a développé une bonne chimie avec Victor [Cabrera] alors c’est dommage de perdre ses services, mais c’est la réalité du sport», de confier Adam Braz à la caméra de TVA Sports.

Les objectifs de la troupe de Rémi Garde sont modestes. En fait, l'équipe entend rivaliser avec les formations dans la course pour une place en éliminatoires d'ici à l'ouverture du mercato d'été.

«C’est compliqué à ce point-ci dans l’hiver de trouver des solutions alors on se tourne plutôt vers des solutions à court terme jusqu’à l’été. Un prêt à court terme pourrait être envisagé ou l’embauche d’un joueur libre qui a résilié son contrat. On espère être capable d’ajouter du renfort dans les prochains jours, voire les prochaines semaines», indique le directeur technique de l'Impact.

Pourquoi l'été? Simplement parce que les options s'y font plus nombreuses. «Le marché est beaucoup plus ouvert. Il y a des joueurs qui en sont à la fin de leur contrat en Europe. C’est certain que l’ajout d’un ou deux joueurs pendant l’été peut changer le cours d’une saison».

D'ici là, l'Impact de Montréal lancera sa saison dimanche prochain contre les Whitecaps à Vancouver.

Visionnez l'entrevue intégrale d'Adam Braz aux côtés de Nicolas A. Martineau dans la vidéo ci-haut.