Crédit : JOEL LEMAY/AGENCE QMI

LNH

Qui pour qui ou qui pour quoi?

Qui pour qui ou qui pour quoi?

Michel Godbout

Publié 15 février
Mis à jour 15 février

La question ne se pose pas littéralement, mais au fond une transaction revient à ça essentiellement.

Quel joueur pour quel joueur ou quel joueur pour quel choix au repêchage.

Pour répondre à cette question, une équipe doit faire un bilan de ses besoins actuels et ceux de son avenir.

On sait tous que les Predators de Nashville visent rien de moins que la coupe Stanley. Or, leur magasinage, s’ils en font, ciblera un joueur (un attaquant avec un flair de marqueur à mon humble avis) qui va les aider dans l’immédiat. Un joueur de location possiblement, mais idéalement un joueur qui va demeurer avec l’équipe pour deux saisons ou plus.

Donc, Nashville serait dans le «QUI POUR QUOI», souhaitant sans doute offrir des choix au repêchage pour un marqueur. Un Evander Kane, genre. Un joueur capable de fournir de l’attaque et du jeu robuste. L’envers de la médaille, c’est que Kane nécessite de l’encadrement. À ce chapitre, Nashville est pleinement capable de le gérer, car son vestiaire est fort, P. K. Subban en est une preuve éloquente!

Le «QUI POUR QUOI» s’applique aussi dans le cas de Max Pacioretty. Le CH étant dans cette fâcheuse position au classement doit se préoccuper davantage de son avenir. Pacioretty devrait leur fournir quoi? Certainement un choix de premier tour, un au second et possiblement un jeune espoir talentueux. L’immédiat est moins important d’autant plus qu’il n’y a pas d’autre véritable marqueur de 30 buts sur le marché connu.

Les transactions qui s’avèrent plus compliquées sont celles du «QUI POUR QUI». De genre Shea Weber pour Mitch Marner, une rumeur qui circule. Elles sont plus complexes, car les directeurs généraux savent que de telles transactions engendrent automatique des comparaisons. La défensive de Toronto serait-elle meilleure avec Weber et l’attaque du CH plus redoutable avec Marner? Les DG répètent souvent qu’une transaction doit améliorer l’équipe. C’est l’évidence, toujours est-il que le joueur obtenu doit participer à cette amélioration sinon l’échange n’aura rien donné.

N’en demeure pas moins qu’une transaction Weber-Marner est irréaliste.

Columbus pourrait fort bien être impliqué dans un « QUI POUR QUI ». Qui? Jack Johnson. Pour qui? Pour un marqueur certainement. Les Blue Jackets ne marquent pas de buts et s’ils sont exclus des séries, c’est l’attaque anémique qui en sera la cause. Pour éviter ce scénario catastrophe, qui est en mesure d’offrir un marqueur sauf les Canadiens et Pacioretty? Toronto avec Nylander? Ce n’est pas impossible, mais Columbus devra bonifier l’offre.

Je m’en suis tenu à certains noms qui circulent, mais ils y en a plusieurs autres.

La question est de savoir qui fera partie de l’avenir d’une équipe et qui fera partie du présent. Un casse-tête que doit résoudre chaque DG de la LNH au cours de leurs longues nuits blanches!