Canadiens

Canadiens: quand le cœur n’y est plus

Publié | Mis à jour

Les Coyotes ont signé deux victoires cette saison contre une seule équipe de la LNH. Et ils ont joué seulement deux fois contre cette formation. Les Canadiens ont réalisé ce triste exploit.

À VOIR : Sommaire | Gallagher et Carr ravivent temporairement l'espoir 

Clayton Keller (1 but, 3 aides), Brendan Perlini (2 buts) et Oliver Ekman-Larsson (3 aides) ont étourdi la pauvre défensive du CH dans ce gain de 5-2, hier, au Gila River Arena.

Vaincu 2-0 la veille dans les montagnes du Colorado, le CH a repris vie pour quelques minutes seulement en troisième période. Brendan Gallagher, un des seuls joueurs qui n’a pas abandonné le navire, a sonné le réveil des siens en déjouant le Finlandais Antti Raanta à mi-chemin en troisième période.

Moins de deux minutes plus tard, Daniel Carr a bondi sur un retour de Tomas Plekanec pour réduire l’écart à un seul but. À ce moment, on croyait que les jeunes Coyotes étaient pour s’effondrer. Ce n’était pas le cas.

Une punition de trop

Le capitaine Max Pacioretty a écopé d’une punition inutile en territoire offensif. Les Coyotes lui ont fait payer cher son indiscipline. Tobias Rieder a profité de la magie de Keller pour redonner une avance de deux buts aux siens. Et c’était la fin pour les visiteurs.

«Je me sentais mal quand les Coyotes ont marqué durant ma punition, a murmuré Pacioretty. Je n’ai toutefois pas aimé l’appel des arbitres, je me battais devant le filet et il venait de retenir mon bâton. J’imagine que les arbitres ont juste vu la réplique.»

Plus que jamais, Pacioretty ressemble à un joueur malheureux. Au cœur de rumeurs depuis des semaines, l’Américain a connu une autre soirée pénible avec un dossier de -2 et aucun tir au but. Oui, il a obtenu une passe sur le but de Gallagher. Mais c’est tout. Il avait aussi été invisible contre l’Avalanche avec aucun tir également.

Au chapitre des tirs au but, le Canadien a dominé ses rivaux 36 à 21. Mais ce n’était pas représentatif du match. Raanta a réalisé un bijou en première période contre Nikita Scherbak, mais il n’a pas eu besoin d’être un sauveur.

«C’est toujours difficile quand tu joues du hockey de rattrapage, a mentionné Claude Julien. Nous perdions 3 à 0 dans ce match. Nous avions réussi à rebondir, mais il y a toujours quelque chose qui finit par nous hanter. C’est ce qui rend la saison pénible.»

Carey Price a donné cinq buts sur 21 tirs.

Le message de Tocchet

À la sortie d’un entraînement matinal au Ice Den de Scottsdale, Rich Tocchet avait dressé un portrait très réaliste de son équipe.

«Les séries représentent une illusion depuis longtemps pour nous, a clairement répondu l’entraîneur en chef. Malheureusement, nous devons imaginer que nous jouons en séries dès maintenant. Il y a des joueurs qui se battront pour des contrats et d’autres qui voudront gagner du terrain dans la hiérarchie de l’équipe.»

Les Coyotes ont compris ce message assez simple en jouant avec cœur contre le CH. À l’inverse, la bande à Claude Julien a tenu tête à la 31e équipe au classement pour seulement quelques minutes en troisième période. À quelques jours de la date limite des transactions, Marc Bergevin devra se poser de sérieuses questions. Le DG aura-t-il le courage de couper les ponts avec Pacioretty s’il reçoit une offre alléchante ? Tomas Plekanec pourrait aussi servir de monnaie d’échange pour un choix intéressant au repêchage.

Deslauriers dans les gradins

Pour une deuxième fois depuis son rappel du Rocket de Laval au mois de novembre, Nicolas Deslauriers a regardé ses coéquipiers de la passerelle de presse. Il était accompagné par Byron Froese et Jakub Jerabek. Julien a expliqué sa décision de retrancher

Deslauriers et Froese afin d’offrir des auditions à Jacob de la Rose et Carr.

De la Rose a joué un match à son image, soit une soirée des plus tranquilles. Dans le cas de Carr, il a marqué son quatrième but de l’année. Mais le CH a manqué l’intensité d’un Deslauriers.

À la ligne bleue, Julien aurait aussi intérêt à utiliser Jerabek. Il n’a rien à perdre. Le Tchèque pourrait se débrouiller aussi bien qu’un Joe Morrow ou David Schlemko.

Sans victoire à ses quatre dernières sorties, le CH (22-28-7) jouera son prochain match contre les Golden Knights, demain, à Vegas.