Marlies c. Rocket

Crédit : Martin Chevalier / JdeM

Canadiens

Une situation gagnante pour Lindgren et les Canadiens

Une situation gagnante pour Lindgren et les Canadiens

Patrick Lalime

Publié 14 février
Mis à jour 14 février

La prolongation de contrat de trois ans paraphée par le gardien Charlie Lindgren avec les Canadiens crée une situation gagnante des deux côtés.

Je me souviens encore de mon premier contrat à un volet avec les Sénateurs d’Ottawa. C’était un de mes plus beaux moments, tu commences à te sentir considéré et tu t’approches de ton but.

Lindgren veut se faire un nom et il jouira d’une certaine sécurité financière et d’une stabilité pour les prochaines années. Il a maintenant un pied dans la porte. Le Tricolore, lui, doit se réjouir de la troisième année de son contrat. Peu importe ce qui arrive, tu l’as encore avec un rabais.

Quant au montant de 750 000$ par année, c’est très abordable pour un auxiliaire qui doit encore faire ses preuves. Pour le moment, l’échantillon est trop petit pour déterminer où il se situe dans la LNH. L’occasion sera belle pour lui à Montréal de travailler avec Carey Price et, qui sait, ça pourrait encourager une saine compétition sur la patinoire entre les deux. À l’évidence, il n’en sera rien à l’extérieur de celle-ci, car Price n’est nullement menacé.   

Pas une bonne saison pour Price

Soyons honnêtes, 2017-2018 ne laissera pas le souvenir d’une bonne saison pour Carey Price. Surtout sur la route, où il n’a pas gagné à ses sept dernières sorties.

Ça va mieux depuis son retour de blessure, mais il manque beaucoup de constance. On était habitués à voir un gardien en mission soir après soir et on ne peut en dire autant cette saison.

Remarquez, ça fait partie d’une carrière de hockey. On n’a pas toujours des saisons formidables. Avant, il était capable de gagner plusieurs matchs à lui seul. Toutefois, ce n’est pas une situation désastreuse pour le reste de la campagne, sachant que les Canadiens ne devraient pas être des séries. 

Force est d’admettre que les changements à la défensive ne l’ont pas aidé. Tu enlèves de ta formation trois défenseurs réguliers en Andrei Markov, Alexei Emelin et Nathan Beaulieu et tu n’as pas tout à fait comblé des besoins par la suite, tu as simplement pourvu les postes laissés vacants.  

Vous avez là une combinaison de plusieurs facteurs. Les brèches ne sont pas colmatées. Il y a plus de chances de marquer accordées et, au même moment, Price n’est plus surhumain. Ça donne le résultat qu’on connaît.

Échange de Phaneuf : une décision pour garder Karlsson?

Je ne suis pas surpris du départ du défenseur Dion Phaneuf, qui passe des Sénateurs aux Kings. Le nom revenait souvent dans les discussions. Le propriétaire Eugene Melnyk veut aussi sauver des sous.

Est-ce que cet échange a été effectué pour faciliter une prolongation de contrat avec Erik Karlsson? Ça peut sans doute faire partie de l’équation.

Pour ce qui est de Marian Gaborik, je doute qu’il était vraiment un joueur ciblé par les Sénateurs. C’est essentiellement une transaction effectuée à des fins comptables pour les «Sens».

Les Kings désiraient un quatrième défenseur. Ils ont payé chèrement pour l’avoir, considérant le lourd contrat de sept millions $ par année de Phaneuf jusqu’en 2021. Phaneuf apporte un élément de robustesse qu’on retrouve autant chez Drew Doughty que chez Jake Muzzin, mais moins dans le jeu d’Alec Martinez. Visiblement, la formation californienne misera sur cet aspect.

Alain Vigneault critique envers Lundqvist

Il ne manque pas d’action à New York. L’équipe a envoyé une lettre pour annoncer sa reconstruction, mais ça ne s’arrête pas là. Dernièrement, l’entraîneur-chef Alain Vigneault a fait une sortie pour affirmer que les Rangers peuvent encore participer aux séries si ses gardiens deviennent plus constants. On devine qu'il ciblait Henrik Lundqvist, qui a connu une séquence de six défaites du 20 janvier au 7 février.

À mes yeux, c’est une stratégie pour fouetter le gardien numéro un. C’est lui qui les a gardés dans la course pendant plusieurs mois, mais il a eu des ennuis dernièrement. Lundqvist parlait beaucoup dans les journaux. Vigneault voulait peut-être lui faire comprendre qu'il était lui aussi responsable d'une partie des problèmes de l'équipe.