Olympiques

Olympiques: Kim Boutin remporte le bronze au 500 mètres

Agence QMI

Publié | Mis à jour

Kim Boutin a attendu la décision des juges. Puis, assurée du bronze au 500 mètres, la patineuse de vitesse s’est jetée dans les bras de son amie Marianne Saint-Gelais et de l’entraîneur Frédéric Blackburn.

C’était une belle scène, remplie d’émotion. Une belle scène qui complétait une belle course aussi. Une course pleine de rebondissements présentée au Palais des glaces de Gangneung.

«Je suis tellement contente», s’est exclamée Boutin, plus tard, dans la zone mixte réservée aux journalistes.

La Sherbrookoise aura de quoi se rappeler longtemps de sa première présence aux Jeux olympiques. Elle a d’abord été repêchée en demi-finale après une séquence menant à la chute de la Chinoise Qu Chunyu. Puis, en finale, elle a fini quatrième sur cinq patineuses, mais la Sud-Coréenne Min-Jeong Choi a été disqualifiée pour avoir provoqué une chute.

Euphorie dans le clan de Kim Boutin - TVA Sports

 

L’envers de la médaille

Malheureusement, Boutin se souviendra aussi de cette médaille olympique pour des raisons plus sombres. La Québécoise a effectivement reçu des menaces et une pluie d’insultes de partisans coréens sur les réseaux sociaux au terme de cette finale mouvementée.

«Tu as gagné une médaille sale. Honte à toi», a-t-on pu lire sur le web.

«Elle a d’abord poussé Choi deux fois et elle gagne une médaille, c’est honteux», réagissait un autre internaute.

Le patinage de vitesse courte piste prenant des allures de religion en Corée du Sud, une partie du pays s’est insurgé. D’autres amateurs ont toutefois pris soin de défendre Boutin.

«Cessez les mauvais commentaires! Je suis sincèrement désolé pour ces gens stupides, la plupart des Coréens sont respectueux.»

Face à la situation, les principaux comptes de Boutin sur les réseaux sociaux ont été fermés, notamment Facebook et Instagram.

Un départ fulgurant

Sa médaille de bronze, Boutin la doit en grande partie à son départ fulgurant. Partie dans le couloir numéro 5, elle s’est faufilée jusqu’en deuxième place, le temps de le dire, au grand plaisir de Blackburn.

«J’ai été étonné par son départ, a raconté ce dernier. Elle est toujours rapide. Ce n’est pas pour rien que je l’appelle Kimi Gonzales (en référence à Speedy Gonzales)!»

«Moi, partir 5e et avoir à clancher l’adversaire, j’aime ça, s’est exclamée Boutin, en riant. Pour vous dire la vérité, tout est allé si vite par la suite que je ne me souviens plus du reste de la course!»

Beaucoup de travail

Le podium n’était pas vraiment dans la mire de Boutin, car le 500 mètres n’est pas sa course de prédilection.

«Je ne visais pas de médaille sur cette distance, mais ça tombe bien car je course moins bien quand j’ai des objectifs précis!», a repris la médaillée, qui sera à surveiller particulièrement au 1000 m, dont les finales auront lieu le 22 février.

«Arriver jusqu’aux Jeux, c’est tellement de travail. On a l’impression que les athlètes se retrouvent ici parce qu’ils sont bons, mais il y a un travail colossal derrière leur participation. Gagner une médaille, c’est tellement gratifiant...»

Dès samedi, on reverra par ailleurs Boutin au 1500 mètres.

Fontana surprend

On attendait un duel entre la Sud-Coréenne Min-Jeong Choi (qui a battu le record olympique durant la soirée) et la recordwoman du monde britannique Elise Christie, mais c’est l’Italienne Arianna Fontana qui est montée sur la plus haute marche du podium devant la Néerlandaise Yara Van Kerkhof. Marianne St-Gelais a pour sa part été disqualifiée dès les quarts de finale.

Au 1000 mètres chez les hommes, Charles Hamelin n’a eu aucun problème à passer en quart-de-finale en réalisant au passage un record olympique (1:23,407). Samuel Girard est aussi passé au tour suivant, ce que n’a pu réussir Charle Cournoyer.

Au relais 5000 mètres, les Canadiens passent à la ronde finale à la suite de la disqualification des Pays-Bas, après qu’un Néerlandais ait fait trébucher Sam