Crédit : Didier Debusschère / JdeQ

Olympiques

Olympiques: Charles Hamelin et Samuel Girard continuent leur chemin au 1000 m

Agence QMI

Publié | Mis à jour

En courses de qualification du 1000 mètres masculin, Charles Hamelin et Samuel Girard ont tous les deux réussi à se classer pour les quarts de finale.

Confortablement installé en deuxième place pour la majeure partie de sa course, Hamelin a effectué un dépassement dans le dernier tour pour franchir premier la ligne d’arrivée.

«Ç’a été une course rapide. J’ai essayé de bien protéger mon tracé quand j’étais en deuxième place. Je savais que le Chinois devant moi allait perdre un peu d’énergie et que son tracé aller s’ouvrir. J’ai profité de l’occasion quand la porte s’est ouverte.»

Auteur d’un chrono de 1 min 23,407 s, Hamelin a inscrit une nouvelle marque olympique. Si le record tient jusqu’au terme de la finale, il s’agira d’un beau cadeau à léguer pour celui qui participe à ses derniers Jeux olympiques.

«Ce n’est jamais le but, car tu veux toujours ramener une médaille à la maison, mais si tu es capable d’en laisser un, c’est toujours un baume sur les autres plaies», a expliqué celui qui a également déjà tenu le record sur 500 m.

Girard a également été le plus rapide de sa vague et sera des rondes finales prévues samedi prochain. «J’ai exécuté mon plan comme il le fallait. C’était un temps super rapide. Je suis content. Ça confirme que mes repères sont encore là pour le 1000 m.»

Charle Cournoyer a quant à lui été éliminé, finissant troisième de sa course. «J’ai été malchanceux. C’était une bonne course, mais aussi une mauvaise course. J’ai été piégé. Je pense que le Sud-Coréen voulait me sortir de la course et il a réussi.»

Le Québécois ne s’est pas apitoyé sur son sort très longtemps. Moins d’une demi-heure plus tard, il rembarquait sur la glace pour le relais. «C’était excitant le relais. Maintenant, allons chercher l’or.»

Les relayeurs canadiens en finale

Quelques mètres seulement séparaient Girard de la ligne d’arrivée en demi-finale du relais masculin quand un Néerlandais, tentant un dépassement, l’a projeté dans les matelas. Pourtant, la panique de voir le Canada exclu de la finale aux Jeux olympiques de Pyeongchang n’a pas vraiment gagné ses coéquipiers.

Les patineurs sur courte piste canadiens se doutaient que leur place leur serait acquise. Pour le moment, ils s’inquiétaient plutôt de l’état de leur coéquipier. «C’était notre plus grosse frousse, de le voir étendu sur la glace. Nous sommes allés le voir pour nous assurer qu’il était correct. Il s’est relevé comme un champion», a mentionné Charles Hamelin.

Girard a été malmené tout au long de la course et la lame de son patin droit a encaissé le coup. «Ç’a été une fin rocambolesque. J’avais de la difficulté à garder ma lame sur la glace et ça dérapait un peu. Je perdais un peu de vitesse et je voyais le Néerlandais qui arrivait vite sur moi. J’ai voulu protéger ma position en prenant le plus de place possible.»

Les représentants du pays avaient vu juste. Les athlètes des Pays-Bas ont été pénalisés pour leur geste, de sorte que le Canada a pu revendiquer le deuxième rang derrière la Chine et a obtenu sa place en finale.

Vainqueurs de l’épreuve aux Jeux olympiques de Vancouver, les Canadiens voudront faire oublier leur échec de Sotchi, où ils s’étaient arrêtés en qualification. Ils en ont maintenant la chance.

«Nous avons tellement travaillé fort. Nous restons concentrés sur notre plan et nous ne pensons plus aux détails comme la détérioration de la glace. Toute l’équipe a confiance et nous croyons chacun en nous. Le but est de foncer et essayer de gagner. Le passé est le passé», a affirmé Pascal Dion, qui comme Girard, en est à ses débuts olympiques. Le quatuor était complété mardi soir par Charle Cournoyer, médaillé de bronze au 500 mètres à Sotchi.

«Nous avons encore de petits ajustements techniques et tactiques. Il faudra garder notre concentration sur notre plan de match. Nous pensons pouvoir aller loin», a conclu Dion.