Crédit : Didier Debusschre / JdeQ

Olympiques

Olympiques: Alex Harvey éliminé lors des qualifications du sprint

Alain Bergeron / Le Journal de Québec

Publié | Mis à jour

Alex Harvey est tombé sur les Jeux olympiques pour livrer son pire résultat de la saison en terminant 32e de la qualification du sprint individuel en style classique, mardi, au Centre de ski Alpensia.

Le Québécois a donc été exclu des rondes éliminatoires réservées aux 30 premiers. Par son chrono de 3 min 17,95 s sur le parcours de 1,4 kilomètre, il a raté la coupe de 26 centièmes de seconde. Il a cédé 9,41 au skieur le plus rapide de l'exercice, soit le Finlandais Ristomatti Hakola.

Harvey a quitté le stade sans faire la tournée habituelle des médias à laquelle se sont prêtés la majorité des autres skieurs éliminés. L'entraîneur Louis Bouchard est venu parler en son nom.

«Comme tout athlète, tu es déçu. Il était content il y a deux jours. Il réalisait seulement que, cette journée-là, il y avait des athlètes plus forts que lui. Aujourd'hui, c'est une contre-performance comme ça arrive malheureusement parfois», a évalué l'entraîneur.

«Pas sa journée»

Abonné au top 10 depuis le début de la saison, l'athlète de Saint-Ferréol-les-Neiges avait connu sa pire journée le 2 décembre dernier à Lillehammer, justement lors d'un sprint individuel en style classique. Ce jour-là, crédité du 28e rang après avoir été éliminé dès la première ronde éliminatoire, il avait présenté le 22e chrono à la qualification.

Comme ce fut le cas lors du skiathlon de 30 km de dimanche, dans lequel Harvey avait pris le huitième rang, le vent froid a donné encore des conditions difficiles. De toute évidence, elles n'ont cependant eu aucun effet sur le rendement du skieur québécois. Dès la première montée abrupte, son entraîneur a vu que quelque chose n'allait pas.

«J'ai trouvé aujourd'hui que ce n'était pas sa journée. Il y a des journées comme ça. Il ne semblait pas avoir beaucoup d'énergie et j'étais inquiet à l'endroit où je l'ai vu. C'est une journée à oublier. Après un 30 km difficile, il avait bien parti les Jeux olympiques, mais deux jours après, dans une épreuve qui n'est pas naturelle pour lui, tu dois avoir tout en main pour rivaliser. L'équipement était là, mais on voyait qu'il manquait un peu d'énergie», a observé Bouchard.

Retrouver sa bulle

Ce résultat dans un rendez-vous si important rappelle cruellement qu'il avait remporté la médaille d'argent à ce même type d'épreuve lors des Championnats mondiaux de 2015 à Falun. Son entraîneur a insisté pour que son protégé retrouve sa «bulle» dans les prochains jours en prévision de la prochaine épreuve prévue vendredi à 1 h (heure du Québec) avec le départ individuel de 15 km en style libre.

«Il en a déjà eu, des contre-performances. Oui, c'est dans un plus gros championnat, c'est pendant une grosse épreuve, mais on en a affronté des moments où Alex n'allait pas très bien ou à 100%», a-t-il rappelé.

«Il faut tourner la page vite. Il y a d'autres courses qui s'en viennent. Le ski de fond, ce sont des épreuves à tous les week-ends. On est habitué à ça. Si tu ne te qualifies pas un week-end, le week-end suivant, tu te qualifie et tu joues le podium. Plus tu tournes la page vite, plus tu vas être prêt pour la prochaine épreuve. C'est ce qu'il va faire.»

Browne 51e

Un peu plus tôt, Cendrine Browne (3:34,30), spécialiste des épreuves de distance, a aussi été éliminée des rondes éliminatoires de l'épreuve féminine après avoir terminé 51e des qualifications.

«Cette année, je prends surtout les sprints comme une préparation en vue des distances à venir. Aujourd'hui, pour être vraiment prête pour le 10 km, il fallait que je pousse fort et c'est ce que j'ai fait», a affirmé la skieuse de Saint-Jérôme en pensant à sa prochaine épreuve de jeudi (1 h 30 heure du Québec).

Les Canadiennes Emily Nishikawa (3:26,75), Dahria Beatty (3:29,77) ont fini dans l'ordre 34e et 42e de l'étape qualificative.