Canadiens

Un long voyage pour les Canadiens

Publié | Mis à jour

Il y a seulement les pauvres Coyotes de l’Arizona (7-16-6) et les Sénateurs d’Ottawa (7-15-4) avec de pires fiches sur des patinoires adverses que celle du Canadien de Montréal. Depuis le début de la saison, le CH (8-16-1) a gagné seulement huit matchs sur la route.

À voir, ci-dessus, l'équipe de «Dave Morissette en direct» donne ses prédictions pour le voyage du CH

Le Tricolore jouera ses quatre prochaines rencontres loin de Montréal avec des confrontations contre l’Avalanche à Denver, contre les Coyotes à Glendale, contre les Golden Knights à Vegas et contre les Flyers à Philadelphie.

«On veut s’améliorer sur la route, a logiquement répondu l’entraîneur-chef Claude Julien. On n’aime pas notre fiche. Même si on ne joue pas du mauvais hockey, on ne joue pas assez du bon hockey pour gagner nos matchs. Je voudrais qu’on s’améliore autant offensivement que défensivement. Je demande à mes joueurs de travailler et de respecter le plan de match.»

Le mot travail revenait également dans le discours de Charles Hudon pour expliquer les déboires des siens à l’étranger.

«C’est difficile de l’expliquer, a-t-il d’abord répondu. Il faut revenir à la base et travailler fort. Il faut exercer une bonne pression sur les défenseurs adverses et jouer avec émotion. À notre dernier match au Centre Bell, nous avons joué avec cœur contre les Preds. Il faut reprendre la même recette sur la route.»

Le Tricolore a perdu ses trois dernières rencontres à l’étranger et signé qu’une seule victoire à ses huit dernières sorties.

Jerabek attend son tour

Dans les gradins pour les quatre derniers matchs, Jakub Jerabek n’a pas l’intention de faire de vagues avec son sort.

«C’est difficile, mais je dois rester positif, a affirmé le Tchèque de 26 ans. J’ai parlé avec JJ [Jean-Jacques Daigneault]. Il m’a dit que je devais rester patient puisque les autres défenseurs ont joué de bons matchs dernièrement. Je devrai être affamé à mon retour.»

En 25 matchs cette saison, Jerabek a obtenu quatre points (un but, trois aides) et il présente un différentiel de -1. S’il n’a pas joué avec assez de constance à sa première saison à Montréal, l’ancien de la Ligue continentale de hockey (KHL) peut autant aider la cause de l’équipe que les énigmatiques David Schlemko et Joe Morrow. Il est aussi un meilleur défenseur pour relancer l’attaque que Jordie Benn.

Jerabek, qui avait accepté une offre d’une seule saison, deviendra joueur autonome sans compensation le 1er juillet prochain. Marc Bergevin et Julien auraient donc intérêt à lui donner le plus de matchs possible afin de bien l’évaluer.

Shea Weber, Andrew Shaw et Ales Hemsky n’ont pas fait le voyage avec l’équipe.