Canadiens

«Très possible» que Deslauriers demeure avec le CH

Louis-André Larivière / TVA Sports

Publié | Mis à jour

La semaine dernière, Nicolas Deslauriers a exprimé son vœu de demeurer un Canadien de Montréal et il faut croire que son camp est optimiste que ce souhait sera exaucé.

En vidéo, ci-dessus, écoutez un extrait de l'entretien avec Philippe Lecavalier, l'agent de Nicolas Deslauriers.

Ses chances de revenir avec le Tricolore l'an prochain sont-elles plus réalistes que non? Son agent laisse entendre que le rendement de l’attaquant québécois joue certainement en sa faveur pour que l'organisation retienne ses services après la présente campagne.

«Je ne peux pas croire que les Canadiens n’apprécient pas ce que Nicolas apporte sur la glace. On le voit dans son utilisation. Ça répond un peu à la question», a laissé entendre Philippe Lecavalier lors d’un entretien avec TVA Sports, au cours de la dernière semaine.

«Son entraîneur apprécie son jeu. J’imagine que l'organisation se sent de la même façon. Nicolas adore jouer à Montréal. Donc oui, c’est très possible.»

À savoir si une offre a été déposée au clan de Deslauriers, potentiel joueur autonome le 1er juillet prochain, le sympathique agent, qui a assisté au retrait du chandail de son frère Vincent à Tampa, samedi, a préféré ne pas commenter le processus. Surtout avec l’incertitude entourant la formation à deux semaines de la date butoir des transactions.

«Ce n’est pas nous qui prenons les décisions. S’il y a un échange ou que les Canadiens prennent une direction complètement différente l’an prochain, il n’y a pas grand-chose qu’on peut contrôler là-dessus. D’un autre côté, c’est sûr qu’on aimerait qu’il fasse partie des plans futurs de l’équipe.»

«Un beau mariage»

Ce qui est certain, par contre, c’est que Deslauriers se plaît dans la métropole. Difficile pour lui de s’imaginer revêtir un autre maillot que celui de la Sainte-Flanelle quand il bénéficie de la confiance de Claude Julien, qui n’hésite pas à l’utiliser à toutes les sauces.

L’ailier de 26 ans est d’ailleurs en voie de connaître l'une des meilleures campagnes de sa carrière avec sept buts et 10 points en 35 matchs. De plus, il se classe au premier rang de la LNH chez les joueurs réguliers avec une moyenne de 4,5 mises en échec par match.

«Il le dit à tout le monde : à ses coéquipiers, à ses amis, à sa famille, aux médias... son vœu le plus cher, c’est de rester à Montréal. C’est un beau mariage. Ça fonctionne bien pour lui», rappelle Lecavalier.

«Quand tu joues pour un coach qui te fait confiance et qui n’a pas peur de t’employer dans toutes les situations, il n’y a pas beaucoup de joueurs qui ne voudraient pas rester.»

«Les petits joueurs se sentent en sécurité»

Deux jours après avoir été soumis au ballottage par les Sabres de Buffalo, Deslauriers a été acquis de ces derniers en retour du défenseur Zach Redmond.

Il s’avère l’une des belles surprises dans une saison où le CH s’apprête à rater les séries éliminatoires pour la deuxième fois en trois ans. L’élément de robustesse qu’il offre au club inspire ses coéquipiers et lui permet de gagner le respect des partisans.

«Il apporte un petit "boost" d’énergie supplémentaire à la foule montréalaise. Il est vraiment énergique et ça se voit dans son jeu. Les gens réalisent qu’il adore jouer ici et bien faire», explique Lecavalier

«Sans dire qu’il est un leader dans la chambre, il en est un sur la glace de par son entrain et son énergie, sa détermination et son jeu physique. Les plus petits joueurs se sentent en sécurité sur la glace. Ça aide l’équipe au complet.»

«Il a toujours amené cet élément.»

Pas impossible d'être échangé, puis rapatrié

En ce qui est de la possibilité d’être échangé à une équipe en voie d’atteindre les séries, le clan Deslauriers semble ouvert à être transféré pour ensuite accepter une offre pour être rapatrié à Montréal pendant l’été.

«C’est possible. Pourvu que ce soit légal dans la convention collective. Je ne vois pas pourquoi les équipes et les joueurs ne le feraient pas s’ils ont le droit et si c’est ce qu’ils choisissent de faire», conclut-il.

Deslauriers empoche un salaire de 775 000$, cette année, la dernière à son contrat de deux ans paraphé avec les Sabres à l'été 2016.