Crédit : AFP

NFL

Quel avenir pour Nick Foles?

Stéphane Cadorette

Publié | Mis à jour

À titre de joueur le plus utile du Super Bowl 52, Nick Foles savait que sa première destination serait Disney World, comme le veut la tradition. La vraie question concernant le quart-arrière des Eagles de Philadelphie est de deviner où il posera ses valises dans les mois à venir.

Celui qui a été embauché en mars dernier comme substitut de Carson Wentz pourrait théoriquement reprendre ce rôle la saison prochaine en écoulant la dernière année de son pacte de deux ans avec les Eagles.

Cependant, il vient de connaître des séries sans bavure, couronnées par une maîtrise du jeu et un sang-froid héroïque face aux puissants Patriots de la Nouvelle-Angleterre. Celui qui semblait promis à un brillant avenir, après une formidable saison en 2013, a par la suite sombré dans l’oubli, mais sa valeur vient indiscutablement de revenir à la hausse.

Et chez les Eagles, il n’y a pas l’ombre d’un débat possible, avec Wentz qui est bien implanté comme partant pour de nombreuses années.

C’est donc dire que l’équipe pourrait se laisser tenter par une offre alléchante d’un club désespéré d’améliorer sa situation à la position de quart-arrière.

«Je ne suis pas préoccupé par mon avenir en ce moment. Je l’ai dit lorsque j’ai signé mon entente avec les Eagles, je suis reconnaissant de pouvoir porter cet uniforme. Pour l’instant, je reste dans le moment présent», a affirmé Foles, visiblement inconfortable à l’idée d’évoquer le futur au cœur des réjouissances.

Police d’assurance?

Il est aussi possible que les Eagles optent pour la prudence en gardant Foles à bord. Leur quart de franchise, Wentz, pourrait potentiellement commencer la saison sur la touche en raison de la blessure au genou qu’il a subie en décembre et qui exige une longue réhabilitation.

Il est encore tôt, mais Foles ne semble pas rechigner à l’idée de jouer les seconds violons.

«Je suis heureux de penser que Carson reviendra en santé. Je travaille avec lui tous les jours et ce gars-là est un vrai de vrai», a noté Foles.

Sans vouloir briser le moment, l’entraîneur-chef Doug Pederson a acquiescé en faisant preuve de réalisme, malgré le conte de fées que vit Foles.

«J’espère que nous serons de retour pour ce match et que Carson Wentz sera notre meneur», a-t-il dit.

Des options

Si Wentz montre des signes encourageants dans sa réadaptation et que les Eagles décident que la valeur marchande de Foles est trop grande pour laisser filer l’opportunité de le laisser aller afin d’améliorer leur situation au repêchage, le pivot de 29 ans ne manquera pas d’options.

Les Bills, Jets, Browns, Broncos, Vikings et Cardinals figurent parmi les clubs qui pourraient tendre la main à un quart-arrière qui a complété 72,6 % de ses passes pour 971 verges et six touchés lors des séries.

«Il y aura un moment et un lieu pour réfléchir à tout ça. Pour l’instant, je suis fier d’être un Eagle et j’adore cette équipe», a réitéré l’improbable champion du Super Bowl.