Samuel Piette

Photo : Samuel Piette Crédit : Eric Bolte-USA TODAY Sports

Impact

Piette, le point d’ancrage

Publié | Mis à jour

Samuel Piette n’a peut-être que 23 ans, mais on peut quand même le qualifier de jeune vétéran. Il est à tout le moins un point d’ancrage important dans le vestiaire de l’Impact, même s’il n’a pas encore disputé une saison entière dans le maillot bleu-blanc-noir.

En effet, le milieu de terrain originaire de Repentigny s’est exilé en Europe alors qu’il était encore adolescent et il parle le français, l’anglais et l’espagnol, les trois langues principales dans le vestiaire de l’équipe.

«Je suis un peu un point d’ancrage, les entraîneurs parlent beaucoup français, même dans les entraînements, alors ils me demandent des fois de traduire en anglais ou en espagnol. Je suis un peu l’intermédiaire pour la communication entre un peu tout le monde.

«Il y a Nacho [Piatti] qui peut aussi faire ce travail parce qu’il parle très bien français et qu’il peut se débrouiller en anglais.»

À l’heure où l’Impact se cherche un leader pour remplacer le capitaine retraité Patrice Bernier, le nom de Piette a du sens malgré son jeune âge. Le principal intéressé se voit-il avec le brassard ?

«C’est dur à dire, je ne me vois pas nécessairement comme capitaine maintenant, je viens d’arriver.

«Mais je pense que j’ai pris beaucoup d’expérience dans les six derniers mois que j’ai passés ici, j’ai beaucoup d’expérience en sélection et en Europe, je suis un gars de la place, donc c’est bon pour la communauté.»

Il va s’en remettre à la décision de ses coéquipiers si c’est un vote ou à celle des entraîneurs si ce sont eux qui décident. Mais peu importe, il chérit le rêve d’un jour être capitaine.

«Je serais honoré si on me choisissait parce que c’est un des objectifs que je me suis fixés à long terme, d’être capitaine, un jour, de l’Impact, mais il n’y a pas de presse.»

Plusieurs candidats

Comme il l’a mentionné au tout premier jour de la période d’entraînement, Ignacio Piatti estime qu’il y a plusieurs bons candidats pour succéder à Bernier.

«On n’en a pas encore parlé avec le coach, mais il y a cinq joueurs dans le vestiaire qui peuvent jouer ce rôle. Il y a [Evan] Bush qui parle anglais, il y a Marco Donadel qui est un vétéran», a noté Nacho, qui a aussi vanté le côté polyglotte de Piette.

Quant à Rémi Garde, il mentionnait la semaine dernière qu’il voulait prendre la bonne décision pour son groupe.

«Il faut avoir quelqu’un qui représente le groupe, mais, par le passé, j’ai fait des erreurs avec ça, a admis l’entraîneur-chef. Il y en a qui le gèrent très bien et d’autres pour qui c’est une charge.

«La personne peut devenir très altruiste et ne plus s’occuper de lui-même. Ce n’est pas nécessairement le meilleur joueur de l’équipe ou quelqu’un qui va jouer tout le temps.»

Un bon tandem

Sur le terrain, c’est encore tôt, mais Piette voit un très bon partenariat se dessiner entre Saphir Taïder et lui.

«Je pense bien que ça peut très bien marcher parce qu’il est complémentaire à mon jeu.

«Je suis plus défensif et récupérateur et lui aime beaucoup être sur le ballon, c’est un milieu relayeur entre l’attaque et la défense. Il est très fort physiquement et peut couvrir beaucoup de terrain.»

Le Repentignois a d’ailleurs repris l’entraînement normalement après avoir remplacé la course par le vélo, lors de l’entraînement en Floride.

«C’est une petite blessure qui datait de l’an dernier, il suffisait seulement de bien récupérer parce que les entraîneurs voulaient que je sois à 100 %, alors j’ai vraiment pris mon temps.»