SPO-FBN-NFC-CHAMPIONSHIP---MINNESOTA-VIKINGS-V-PHILADELPHIA-EAGL

Crédit : AFP

NFL

Les Eagles négligés et fiers de l’être

Publié | Mis à jour

Les Eagles s’amènent dimanche soir au 52e Super Bowl dans le rôle de négligés contre les Patriots. Rien de neuf sous le soleil pour les représentants de Philadelphie, qui ont pris un malin plaisir dans les dernières semaines à tourner en dérision ce statut qui ne leur rend pas justice, en lançant une tendance virale avec leurs masques de chien.

Sur le site d’Amazon, les masques, qui étaient à l’origine totalement impopulaires, étaient présentés comme étant idéaux pour célébrer «Pâques, un carnaval, Noël, Halloween ou toute soirée costumée». Le bloqueur Lane Johnson et l’ailier défensif Chris Long avaient une autre idée en tête.

Puisque les Eagles sont devenus la première équipe classée numéro un à être négligée dans l’histoire des séries à son premier match éliminatoire, aussi bien se procurer quelques masques pour se dérider de ce statut de underdog, comme le veut l’expression anglophone.

Folie contagieuse

Ce qui n’était qu’un geste banal a touché une corde sensible dans une ville éprouvée par le manque de respect à l’endroit de son équipe. Quelques heures après la victoire contre les Falcons, les masques de chien faisaient fureur et Amazon tombait en rupture de stock.

Des fournisseurs en Chine ont dû s’activer pour répondre à la demande qui a continué d’exploser après la deuxième victoire contre les Vikings. Une mode inusitée était née!

«On a lancé l’idée tout bonnement pour s’amuser un peu au départ, puis les masques se sont mis à se vendre partout. C’est drôle qu’un petit geste anodin se transforme aussi vite en folie furieuse. Amazon pourrait au moins se forcer à remettre l’argent à des organismes de charité puisqu’avant qu’on les achète, personne n’était intéressé à leurs foutus masques!» a rigolé Johnson en discutant du phénomène avec Le Journal.

«On est négligé parce que tout le monde l’a décidé ainsi. Ça fait une semaine qu’on se fait casser les oreilles avec les cinq bagues de Tom Brady et le fait que les Eagles n’ont pas gagné depuis 1960. Ça fait une si belle histoire...»

Une image représentative

Aux yeux de Doug Pederson, un entraîneur-chef qui n’est pas du type à bâillonner ses joueurs, cette frénésie des masques de chien allait de pair avec l’image des Eagles.

«Nous sommes constamment négligés. C’est devenu la mentalité de cette équipe et de cette ville. C’est correct que les gars utilisent ça comme motivation. Ils savent bien ce que les gens pensent d’eux», a-t-il commenté.

Pour le plaqueur Fletcher Cox, il ne fallait surtout pas se surprendre que tout Philadelphie jappe aux côtés de son équipe.

«Quand Chris et Lane ont enfilé leurs masques, ils ne s’attendaient à rien, mais nos partisans ont embarqué et ça ne m’étonne pas du tout parce qu’ils aiment vraiment leurs Eagles. Ils sont avec nous partout, jusque dans nos moments de folie», a-t-il souri.

Une équipe détendue

Durant toute la semaine du Super Bowl à Minneapolis, le contraste entre l’attitude des Patriots et des Eagles s’est avéré frappant.

Tandis que les champions sont comme à leur habitude en mode affaires et qu’ils ne déplacent pas d’air, les aspirants ont profité de la tribune médiatique pour se prêter à toutes sortes de pitreries.

«Nous nous faisons confiance dans tout ça. On peut se préparer sérieusement tout en ayant du plaisir. On essaie juste de ne pas être trop pincé et de montrer notre personnalité. Les équipes trop coincées et sérieuses ne font pas le boulot», a opiné l’ailier défensif Brandon Graham.

Un certain Bill Belichick aurait probablement tendance à ne pas être d’accord avec cette dernière affirmation...