Impact

Souffrant mais nécessaire

Agence QMI / Dave Lévesque

Publié | Mis à jour

Les joueurs de l’Impact ont souffert sous les ordres de Robert Duverne la semaine dernière, mais ils sont loin de s’en plaindre.

«Le camp a certainement été difficile, mais c’était une étape nécessaire et nous en ressortons avec un bon état d’esprit», estime le défenseur Daniel Lovitz.

«C’est un très bon indicateur de la direction que va prendre le groupe.»

Evan Bush, qui est un modèle de conditionnement physique, ajoute sa voix à celle de Lovitz.

«Nous avons travaillé extrêmement fort. Nous avons été là pendant huit jours et ç’a semblé durer trois semaines et ce n’est pas seulement parce qu’Oduro était mon cochambreur.

«Nous sommes sur la bonne voie. Si nous conservons la même éthique de travail et la même mentalité au cours des cinq prochaines semaines, nous avons le potentiel de surprendre les gens par la rapidité avec laquelle nous allons nous mettre en marche.»

Force mentale

Ce travail de fond va certainement avoir des répercussions positives au cours de la prochaine saison.

«Il y a la forme physique et la forme mentale et elles vont de pairs, insiste Bush. En travaillant la forme physique, on bâtit aussi l’aspect mental.

«Quand nous allons atteindre la 80e minute et que les choses vont se compliquer, peut-être que nous allons être en forme physiquement, mais nous allons aussi avoir l’esprit plus clair.»

D’ailleurs, Daniel Lovitz assure que le programme proposé par l’équipe d’entraîneurs a fait l’unanimité.

«Je crois que tout le monde a acheté le programme, on ne peut pas vraiment dire non à une course autour d’un lac. On était plongés dans un très bel environnement où il y avait de la compétition et tout le monde se dépassait et poussait les autres.»

Régler les problèmes

Selon Lovitz, le travail effectué depuis l’ouverture du camp va contribuer à éliminer les problèmes défensifs éprouvés par l’équipe en fin de rencontre.

«C’est vrai à 100 % que le manque de conditionnement a été responsable des buts accordés en fin de match l’an passé.

«Ça venait d’un manque de concentration parce que quand le corps commence à faiblir, c’est l’esprit qui lâche et c’est pourquoi on met l’accent sur ça cette année afin que ça ne se reproduise pas.»

Aux yeux de Lovitz, tout le monde doit en assumer la responsabilité.

«Tout le monde devrait en faire son affaire. Personnellement, je joue à une position où c’est impossible d’être efficace sans être en forme.

«Nous n’étions pas assez en forme et c’est la responsabilité de tout le monde de s’assurer que la situation soit corrigée.»