Impact

Robert Duverne, un personnage fascinant

Publié | Mis à jour

Personnage fascinant, le nouveau préparateur physique de l’Impact Robert Duverne n’est probablement pas le favori des joueurs en raison de ses méthodes d’entraînement très exigeantes, mais ça lui est égal.

«Ils peuvent détester le préparateur physique. J'espère qu'ils apprécieront l'homme. Puis, si quelqu'un aime le préparateur physique et pas l'homme, ça ne va pas trop me plaire. Il devra aller avec moi à la pêche», a-t-il rigolé.

L’ancien employé de l’Olympique Lyonnais a toutefois voulu donner l’heure juste, lui qui ne veut pas pour autant être reconnu comme un bourreau sans merci. 

«Ce n’est pas forcément un gage de légitimité de faire souffrir les joueurs. L’entraînement n’est pas bon parce qu’on souffre, a-t-il précisé.

«Aujourd’hui, il est différent de ce qu’ils ont pu connaitre, mais je ne veux pas avoir cette réputation de dire que c’est bon parce qu’on fait souffrir [les joueurs]. Je pense que c’est bon parce que c’est ajusté en fonction des exigences du jeu du coach. Parce que c’est aussi pour lui que je travaille.»

Aucun exercice n'est le fruit du hasard et l'entraîneur-chef est tributaire de cette approche méthodique.

«Les joueurs sont toujours placés un maximum de fois dans des exercices qui reproduisent des situations de match, a expliqué Rémi Garde. Ça plait aux joueurs, ils comprennent pourquoi ils sont en train de faire quelque chose.» 

Du moment où les séances d’entraînement sont terminées, on raconte que Duverne est un véritable clown et un chic type.

«J’adore déjà Robert, a confié le défenseur latéral Chris Duvall. J’ai lu à propos de lui et des équipes avec lesquelles il a travaillé. On m’a dit que je pourrais peut-être le détester au début.

«C’est probablement le cas présentement, mais je l’aime en même temps. Le travail que l’on fait va être payant durant la saison.»  

Nicolas A. Martineau vous fait un compte-rendu du troisième jour du camp d’entraînement de l’Impact dans la vidéo ci-dessus.