Canadiens

Paul Byron victime d'un mauvais coup d'Andrew Shaw

Publié | Mis à jour

Andrew Shaw a du Guy Lapointe dans le nez, pour ne pas dire l’esprit de farceur de son directeur général, Marc Bergevin.

À l’instar de l’ex-défenseur des Canadiens de Montréal et de son patron, il se plaît à jouer des tours à ses coéquipiers. Il est d’ailleurs le premier à être pointé du doigt lorsqu’il y a un soupçon dans le vestiaire.

Sa plus récente victime : Paul Byron.

«J’ai pris l’auto de ‘’Paulie’’, qui était dans le garage sous le centre d’entraînement, et je suis allé la stationner au supermarché Avril. Je suis revenu en courant, j’ai pris ma douche et personne n’a su ce que j’avais fait», a raconté l’agitateur du Tricolore lors d’un entretien avec le site web Athlétique.com.

«Il cherchait son auto. Il a emprunté le camion de Shea Weber pour circuler dans les alentours et essayer de la trouver!»

Cette anecdote ne va pas sans rappeler un mauvais coup orchestré par Lapointe à Mario Tremblay dans les années 1970.

«Pointu» s’est rendu dans le stationnement intérieur avant un entraînement pour déplacer la voiture neuve de l’Almatois, une Pontiac Grand Prix 1974, un premier achat dont il était plutôt fier. Lorsque ce dernier s’est aperçu que son véhicule n’était plus à sa place, certains ont raconté que l’ancien numéro 14 était complètement débiné, lui qui se croyait victime d’un vol.

Ce n’est que quelques jours plus tard que Lapointe, un farceur hors pair, lui a avoué être l’auteur du canular. La Police de Montréal avait déjà ouvert une enquête...

Byron : la revanche

Pour revenir à Shaw, son hilarant geste lui a valu une douce revanche : des coéquipiers ont rempli son auto de maïs soufflé au beurre. Une belle justice, mais c’est «Shawzie» qui a eu le dernier mot.

«Une compagnie de nettoyage est ensuite venue récupérer ma voiture. Étant donné qu’il y avait du beurre sur le popcorn, je leur ai demandé de me faire une fausse facture de 3700$ pour un nouveau tapis et un nouvel intérieur de voiture.

«Puis j’ai refilé la facture à Gally (Brendan Gallagher) qui était l’un des responsables. Il était furieux que je veuille lui faire payer ce montant, mais en réalité ça n’avait coûté que 200$. »