LHJMQ

LHJMQ en revue: les jeux sont faits, rien ne va plus

Publié | Mis à jour

Les hommes de hockey auront beau répéter que la parité règne dans la LHJMQ et que le classement général n’a jamais été aussi serré de la première à la neuvième position (un mince écart de huit points avant les matchs de jeudi), les directeurs généraux qui ont cru leur formation à un ou deux joueurs étoiles près de soulever la coupe du Président se comptaient sur les doigts d’une main.

C’est du moins le constat qui s’impose lorsqu’on dresse le bilan des transactions réalisées dans la LHJMQ. Une séance ponctuée de 45 échanges entre le 18 décembre et le 6 janvier.

Dix autres trocs, impliquant des Européens, des patineurs de 20 ans ou des joueurs inactifs dans la LHJMQ, avaient été conclus avant l’ouverture de la période officielle.

Au final, une soixantaine de joueurs et près de 80 choix de repêchage pour la plupart très alléchants (1re à la 3e ronde) ont changé d’adresse au cours des dernières semaines.

Jouez maintenant, payez et souffrez plus tard ! Ce sera le triste sort réservé aux quelques formations aspirantes qui ne soulèveront pas la coupe du Président au mois de mai.

Peu d’acheteurs compulsifs

Parmi les 18 engagés, même si les Voltigeurs de Drummondville ont sacrifié cinq choix de repêchage dont trois de premières rondes pour les services de l’attaquant de 17 ans Joe Veleno, seulement quatre clubs campaient clairement le rôle d’acheteurs avec l’objectif de savourer les grands honneurs ce printemps : le Titan d’Acadie-Bathurst, les Tigres de Victoriaville, l’Armada de Blainville-Boisbriand et les Remparts de Québec.

Titan et Tigres furent les plus compulsifs sur le marché transactionnel s’arrachant à fort prix les meilleurs vétérans disponibles.

Pendant que le DG Sylvain Couturier greffait à sa formation acadienne le défenseur Olivier Galipeau, les attaquants German Rubtsov, Mitchell Balmas et le gardien Evan Fitzpatrick, son homologue des Bois-Francs Kevin Cloutier répliquait coup pour coup par les acquisitions du cerbère Étienne Montpetit, des avants Vitalii Abramov, Simon Lafrance, et de l’arrière Dominic Cormier.

À travers ces trocs, Bathurst a sacrifié l’attaquant de 20 ans Dawson Theetde et le gardien de 19 ans Reilly Pickard. Victoriaville s’est départi des services de James Phelan (20 ans) et de Pascal Laberge (19 ans).

Après Dubois, Batherson!

Pour la deuxième année consécutive, Joël Bouchard, maître à bord de l’Armada, a mis le grappin sur un attaquant d’exception. L’an dernier, la contribution de Pierre-Luc Dubois avait permis à la flottille de voguer vers la finale de la LHJMQ.

L’ancien buteur des Screaming Eagles et récent médaillé d’or avec ÉCJ Drake Batherson guidera-t-il l’Armada vers la coupe du Président ?

Pour cette formation reconnue pour son éthique de travail qui flirte à nouveau avec le sommet du classement, la tâche s’avérera plus ardue à la suite du départ inopiné du gardien titulaire Francis Leclerc. «Sans gardien solide, point de salut !» entonne annuellement la chorale formée par les gens qui connaissent la game !

Justement, à Québec, l’entraîneur et DG Philippe Boucher comptera sur un solide gardien d’expérience (Antoine Samuel) pour relancer une formation qui a navigué entre deux eaux depuis la mi-novembre. Le retour au statut de joueur élite de Pascal Laberge sera également essentiel aux Diables rouges s’ils veulent renouer avec le succès lors des séries.