NFL

Laurent Duvernay-Tardif digère mal l’élimination hâtive des Chiefs

Publié | Mis à jour

En mai, le garde des Chiefs de Kansas City, Laurent Duvernay-Tardif, portera officiellement le titre de médecin. Le joueur de ligne offensive s’y connaît donc en médicaments, mais il lui est ardu pour le moment de trouver la prescription juste pour digérer l’élimination de son équipe aux mains des Titans du Tennessee.

L’ancien des Redmen de McGill a fait le bilan d’une saison ponctuée de «hauts et de bas», selon ses dires, lors de son passage à la boulangerie familiale Le Pain dans les Voiles, à Montréal.

Fraîchement revenu de Kansas City, où ses Chiefs ont été surpris par les Titans, Duvernay-Tardif affichait sa belle humeur habituelle, mais dès que la fin en queue de poisson de l’équipe a été évoquée, le sourire a vite fait place aux sourcils froncés et la déception se lisait aisément sur le visage du sympathique géant.

Après tout, ce n’est pas tous les jours qu’on échappe une avance de 21-3 en séries pour perdre 22-21. Les Chiefs ont ainsi été la cible de la deuxième plus grosse remontée de l’histoire en séries pour une équipe à domicile.

«C’est une pilule qui est difficile à avaler et ça va prendre du temps encore. Toute l’équipe était confiante d’aller plus loin», a-t-il débité.

«On jouait du très bon football en première demie et on convertissait dans la zone payante pour des majeurs. En deuxième demie, il y a eu un changement de momentum et quelques appels des arbitres discutables... Ça a fait en sorte qu’on n’a pas été en mesure de l’emporter. C’est le fun d’être de retour à Montréal, à la boulangerie avec la famille et de parler français, mais ça va prendre du temps à digérer cette défaite. Ça fait partie du football car 31 équipes sur 32 vont finir avec ce feeling¬. Il faut maintenant utiliser ce sentiment pour s’entraîner plus fort et être en confiance en vue de l’année prochaine», a-t-il enchaîné.

Une première blessure

Duvernay-Tardif a vécu une quatrième saison dans la NFL et une deuxième à titre de garde partant remplie de rebondissements. Les Chiefs ont remporté leurs cinq premiers matchs, pour ensuite perdre six des sept suivants. Ils ont conclu leur saison en force avec quatre victoires, avant la défaite fatidique de samedi dernier.

Au quatrième match de la saison, le Québécois a subi une entorse au genou qui lui a fait rater quatre matchs, ce qui s’avérait sa première longue absence.

«C’est une chose de se guérir physiquement, mais après il faut faire confiance mentalement à sa jambe, à son genou. Ça a pris au moins deux ou trois semaines après mon retour au jeu pour me sentir efficace et à mon plein potentiel», a-t-il commenté à cet effet.

Confiant en l’avenir

Le numéro 76 n’a maintenant d’autre choix que mettre le cap sur la saison prochaine, qui risque de se dérouler sous le signe de la transition à Kansas City.

D’une part, le coordonnateur offensif Matt Nagy a obtenu une promotion à titre d’entraîneur-chef des Bears de Chicago et sera remplacé par celui qui était entraîneur des porteurs chez les Chiefs, Eric Bieniemy.

D’autre part, le vétéran quart-arrière Alex Smith devrait vraisemblablement céder sa place au jeune Patrick Mahomes.

«Peut-être que ce sera une année de transition, parce que le quart-arrière est la pièce maîtresse de l’équipe, mais je pense que la transition sera subtile. Si on donne une place à Mahomes durant tous les entraînements durant la saison morte, c’est beaucoup de football qu’il aura la chance de jouer. Pour avoir du talent, il en a! On l’a vu en matchs préparatoires et cette saison contre Denver. Il n’y a aucun doute que ce sera un grand quart-arrière pour les Chiefs. La question, c’est quand. Cela dit, mon vote de confiance va toujours à Alex Smith», a-t-il expliqué.

Puisque les Chiefs sont hors de combat pour cette année, Duvernay-Tardif s’est aventuré vers une prédiction : Patriots contre Vikings au Super Bowl. Notez bien, mesdames, messieurs!