Wild Card Round - Buffalo Bills v Jacksonville Jaguars

Crédit : AFP

NFL

Le football recule aux États-Unis

Publié | Mis à jour

Le football demeure de loin le sport le plus populaire aux États-Unis, même s’il perd du terrain depuis 2007, selon un sondage Gallup mené en décembre et publié la semaine dernière.

Ainsi, le football est le sport que 37 % des Américains préfèrent regarder, contre 11 % pour le basketball, 9 % pour le baseball et 7 % pour le soccer, dont il s’agit du plus haut pourcentage jamais atteint. Considérant que la marge d’erreur de ce sondage est de 4 %, on peut affirmer que ces trois sports sont en quelque sorte nez à nez.

Le hockey se classe en cinquième place, puisque 4 % des Américains soutiennent que c’est le sport qu’ils tiennent le plus à voir. Il s’agit d’une proportion stable, puisqu’elle était à 3 % en 1997 et n’a jamais franchi la barre du 6 % depuis.

À 9 %, le baseball a atteint un creux inégalé depuis que Gallup a commencé à faire ce sondage en 1937. Et les perspectives le mettent en quatrième place à l’avenir, derrière le soccer qui est bien plus populaire chez les adultes ayant moins de 54 ans, presque à égalité avec le basketball.

Quant au football, son déclin se poursuit depuis son sommet de 43 % en 2006 et 2007, chutant à 41 % en 2008, puis à 39 % en 2013, pour s’établir à 37 % en 2017.

Gallup estime que ce sport pourrait avoir été victime des affaires de violences conjugales impliquant des joueurs de la NFL, ainsi que des manifestations des footballeurs de cette ligue durant l’hymne national qui ont été vivement dénoncées par le président Donald Trump et les sympathisants conservateurs. Les études scientifiques concernant les dangers des commotions cérébrales, très fréquentes dans ce sport, pourraient aussi avoir nui à l’engouement envers le football, selon Gallup.

Même si le football reste loin en tête, la firme Gallup estime que son déclin pourrait se poursuivre, notamment parce qu’il s’agit du sport préféré de 30 % des 18-34 ans, ce qui est beaucoup moins que les 35-54 ans (40 %) et des 55 ans et plus (39 %).

Un phénomène plus inquiétant pour le monde du sport a été remarqué lors de ce sondage. La proportion d’Américains qui disent ne pas avoir de sport favori est passée de 8 % en 2000 à 15 % en 2017, une croissance plus grande que n’importe quelle discipline.