SPO-OLYMPICS-SOCHI-SOTCHI

Crédit : Ben Pelosse/Journal de Montreal/QMI Agency

LNH

JO 2018: Crosby et Toews comme incitatifs

Agence QMI / Alain Bergeron

Publié | Mis à jour

Le forfait «Étoiles, médailles et adieux» proposé par ATPI Sports Events offre cinq nuits à l’hôtel et des billets pour assister à cinq événements des Jeux olympiques d'hiver 2018 de PyeongChang, en Corée du Sud, du 21 au 26 février: les deux matchs pour la médaille d’or au hockey masculin et féminin, la finale du curling masculin, la finale du Big Air au snowboard féminin et la cérémonie de fermeture. Coût: 8070 $ par personne, vols non inclus.

Pour nous inviter à cliquer sur l’onglet expliquant ce forfait, on y voit Jonathan Toews, John Tavares, Sydney Crosby et Matt Duchene sur une photo prise sur la patinoire à Sotchi avec leur médaille d’or au cou.

Les ventes ne lèvent pas

À la mi-novembre, une enquête du «USA Today» nous apprenait que les organisateurs des Jeux de Pyeongchang n’avaient écoulé que 41 % des 1,06 million de billets pour assister aux compétitions. La demande étrangère dépassait même celle des Sud-Coréens à l’approche de l’événement qui fera de leur pays l’épicentre des sports d’hiver, du 9 au 25 février.

Les tensions politiques avec la Corée du Nord – plus fortes au début de l’automne – et les coûts élevés d’un voyage vers la région olympique d’Asie de l’Est figurent comme les principales raisons évoquées dans les recherches du USA Today pour expliquer la lenteur des ventes de billets.

«Si ça a lieu en Europe ou en Amérique du Sud, on se dit que ça peut s’arranger. Mais l’Asie, c’est beaucoup plus loin et beaucoup plus cher. L’idée de faire un voyage pour aller voir des Jeux, ce n’est pas envisageable pour beaucoup de gens. En raison de la distance physique, c’est très loin de nos esprits, ce qui laisse les gens moins passionnés», nous dit Yann Roche, professeur au département de géographie de l’UQAM qui voue un intérêt marqué pour les Jeux olympiques et leur effet géopolitique.

Un intérêt pour les Canadiens

Le nombre de billets disponibles pour les Canadiens afin d’assister aux compétitions aux Jeux de Pyeongchang demeure aussi secret qu’une stratégie de course d’Alex Harvey. Pour des raisons confidentielles, ATPI Sports Events, seul revendeur autorisé par le Comité olympique canadien (COC), ne dévoile pas ces chiffres, sinon pour dire que les organisateurs coréens pourront satisfaire toute demande.

En octobre, «plus ou moins 70 % des billets d’entrée offerts sur le marché canadien» avaient été vendus, selon Jean-Marc Michalik, directeur du marketing d’ATPI depuis son bureau ouvert à Montréal.

Partenaire du COC depuis janvier 2017, ATPI affirme que 775 membres des familles et amis des athlètes canadiens avaient assisté aux Jeux de Sotchi en 2014.

Timide ferveur pour le hockey

L’absence des joueurs de la Ligue nationale de hockey a peu d’effets sur l’échelle des prix pour assister aux matchs du tournoi olympique. Un billet pour le match de la médaille d’or chez les hommes, le 25 février, coûte 689 $ + les frais sur le site d’achat en ligne d’ATPI.

«La nouvelle que la LNH n’était pas aux Jeux a eu un impact, mais cet impact est minime. Aller supporter les athlètes canadiens aux Jeux, même s’il n’y a pas les joueurs de la LNH, c’est quelque chose qu’ont à cœur les Canadiens. Il ne faut pas croire que plus personne n’est intéressé au hockey parce que les joueurs de la LNH ne seront pas à Pyeongchang. On a une demande et un engouement autour du hockey, mais je ne peux pas comparer (avec les éditions précédentes) parce qu’on n’a pas de comparaison possible», note Jean-Marc Michalik d’ATPI, une société spécialisée dans le voyage pour des événements sportifs internationaux et dont le siège social est situé à Londres.

«Le tournoi de hockey est l’un de ceux qui nous intéressent toujours le plus, mais le fait qu’il n’y aura pas de joueurs de la LNH va le rendre moins enthousiasmant», croit Yann Roche, chercheur géopolitique à la Chaire Raoul-Dandurand de l’UQAM.