Canadiens

Pas question d'abandonner chez le CH

Publié | Mis à jour

Le message de Marc Bergevin a fait écho dans le vestiaire du Canadien. Avant de partir pour un congé de quatre jours, les Brendan Gallagher, Jonathan Drouin et Karl Alzner ont répété pratiquement le même discours que leur directeur général.

Voyez le reportage d'Elizabeth Rancourt dans la vidéo, ci-dessus.

Ils continueront à se battre dans l’espoir de gagner une place en séries.

«Marc n’abandonne pas sur notre équipe, mais c’est la même chose pour nous, a dit Gallagher. C’est bien d’entendre un tel discours de notre DG. C’est le reflet de ce que nous croyons à l’intérieur du vestiaire. Nous voulons remonter au classement. Nous cherchons des solutions et nous commençons à mieux nous sentir après les matchs contre Tampa et Vancouver. Les Canucks ont créé l’égalité 2-2, mais il n’y a pas eu de panique. Nous étions en confiance.»

«Dans ce vestiaire, nous y croyons toujours, a poursuivi le petit ailier droit. Tant que tu as des chances, je sais qu’aucun joueur n’abandonnera. Mais nous savons dans quelle position nous nous retrouvons. Il y a du talent au sein de ce groupe. Je sais que nous pouvons partir sur une bonne série de victoires.»

Un discours logique

En conférence de presse, Bergevin a frappé sur le même clou en disant à quelques reprises qu’il n’a pas perdu espoir, qu’il n’a pas jeté l’éponge et qu’il se battra jusqu’à la dernière minute.

«On n’a pas besoin de Marc ou d’une autre personne pour nous dire ça, a répliqué Drouin lorsque questionné sur le message d’espoir de son DG. Nous sommes des compétiteurs et des athlètes professionnels, nous voulons gagner. Nous ne voulons pas arriver au mois d’avril et ne pas faire les séries. C’est notre objectif. Avant la pause, nous venons de gagner deux matchs et nous aurons de grosses rencontres contre Boston au retour.»

«Marc n’est pas rentré dans le vestiaire pour nous dire qu’il n’abandonnerait pas avec nous, a renchéri Alzner. C’est un raisonnement logique. Je ne connais aucun personnel dans la LNH qui décide de jeter l’éponge après 41 matchs. Nous ne sommes pas à 20 points d’une place en séries. Nous étions à huit points avant le match et sept maintenant. J’ai vu des équipes revenir en séries en surmontant des écarts encore plus grands.»

Si les sept points ne semblent pas insurmontables, le CH devra toutefois devancer une multitude d’équipes en raison de son lointain 14e rang dans l’Est.

Alzner veut rebondir

Bergevin a fait des constats assez importants lors de son bilan de mi-saison. Il n’a pas eu peur de dire qu’il n’y avait aucune chimie entre Drouin et le capitaine Max Pacioretty et il a mentionné que dans un monde idéal, Drouin se retrouverait à l’aile et non au centre.

L’homme de 52 ans s’est également dit déçu de sa principale acquisition sur le marché des joueurs autonomes cet été en Alzner (5 ans et 23,125 M$).

Après la victoire de 5-2 contre les Canucks, où il a obtenu un but et une passe, Alzner savait très bien qu’on lui parlerait des commentaires de son patron.

«Personne n’est satisfait à 100 % de la façon dont il joue depuis le début de la saison. Quand tu ne gagnes pas, tu analyses les moindres détails. C’est présentement ce que nous faisons. Nous essayons de voir quels points nous pouvons améliorer. Tu regardes tes stats, mais en fin de compte, tout ce qui compte, c’est la victoire.

«Présentement, on ne gagne pas et on n’a pas l’impression de faire le travail. Je sais que je peux en donner plus et nous sommes plusieurs à croire qu’on peut en donner plus.»

«Je veux être meilleur dans mon propre territoire, a-t-il continué. J’ai le sentiment qu’on se retrouve hors position trop souvent. Ma lecture de la réaction de mes coéquipiers doit être meilleure et comprendre quand c’est à mon tour d’appliquer de la pression sur le porteur et quand c’est à mon tour de rester en retrait. C’est bizarre de demeurer en retrait, mais si tout le monde le fait au bon moment et applique de la pression au bon moment, comme on l’a fait lors des deux derniers matchs, ça fonctionne vraiment bien. Donc, voilà ce que je veux améliorer.»