Crédit : AFP

LNH

Match extérieur : on peut faire mieux

Match extérieur : on peut faire mieux

Michel Godbout

Publié 04 janvier
Mis à jour 04 janvier

Le 1er janvier, nous avons assisté à la 10e édition de la Classique hivernale de la Ligue nationale de hockey.

Par le fait même, c’était le 24e match régulier disputé au grand air depuis le premier en 2003, le fameux match ou mon collègue José Théodore a établi un nouveau standard de mode pour les gardiens, arborant une tuque sur son masque.

Donc 24 matchs sous le même concept, c’est à dire, on joue dehors comme dans le temps. Entendons-nous sur une chose, malgré tout ce que la machine promotionnelle de la LNH dit, très peu de joueurs qui œuvre présentent dans la LNH ont joué du hockey organisé à l’extérieur.

Même moi je ne l’ai pas fait et j’ai un demi-siècle de vécu!

Malgré tout, j’adore le concept et les joueurs semblent beaucoup l’apprécier aussi. Sans oublier que c’est un événement de prestige pour la LNH. Il y a de ceux qui vont dire que les matchs extérieurs sont trop nombreux et que le côté unique y a été perdu. C’est une critique qui se tient, mais en même temps l’événement attire les foules alors la demande est là.

Cela dit, je crois que la LNH est maintenant rendue ailleurs. Le match extérieur est maîtrisé, l’organisation de l’événement est bien rôdé, la glace est de bonne qualité et l’événement est grandiose.

Mais je pense qu’il peut atteindre un autre niveau et il serait grand temps que les bonzes du circuit s’y attardent avant que le public ne devienne blasé.

Surtout le public télévisuel.

Commençons par les prises de caméra. Non, mais en 2017 est-il normal qu’on ne puisse pas nous offrir un produit avec de meilleurs angles de caméra? Au MINIMUM, à la hauteur de ce qu’on nous offre lors des matchs disputés en amphithéâtre.

Un mélange de soleil et d'ombre

J’étais abasourdi devant mon téléviseur lors de la Classique Hivernale du 1er janvier. Les caméras dans les estrades ne pouvaient retransmettre les images du match en première période, car il y avait un mélange de soleil et d’ombre sur la patinoire.

Pour les amateurs de photos, on comprend que c’est un problème d’iris de lentille, un problème récurrent lorsqu’on doit composer avec la clarté et le sombre. Mais il n’y a personne qui a pensé à ça avant l’événement? La solution a donc été de diffuser près de la moitié du match avec la «skycam» suspendue à des câbles au-dessus de la patinoire.

Vous savez cette caméra qui est fantastique pour retransmettre quelques instants de jeux, mais qui donne mal au cœur à la longue?

« Skycam » à part, lorsque la caméra normale entre en fonction quand le soleil est couché ou caché, tout ce qui se passe le long de la bande la plus près est complètement perdu.

Par contre, on peut voir la structure extérieure de la bande, des décors, des tapis de caoutchouc, des préposés, etc.

Hey! C’est le match qu’on veut voir!! Peut-on installer des caméras aux bons endroits? En avoir une qui glisse sur un rail le long de la bande comme on voit en patinage de vitesse?

Peut-on profiter de ce grand événement pour innover et nous permettre d’apprécier le spectacle comme il se doit au lieu de s’arrêter au seul fait qu’on présente un match extérieur.

Le prochain niveau attend et il est atteignable.