LHJMQ

De père en fils chez les Boucher

De père en fils chez les Boucher

Mikaël Lalancette

Publié 30 décembre 2017
Mis à jour 30 décembre 2017

Lorsqu'il s'est amené à la barre des Remparts de Québec en 2013, Philippe Boucher avait tout un défi devant lui.

Le natif de Saint-Apollinaire sur la Rive-Sud de Québec devait remplacer Patrick Roy, qui venait quitter pour le Colorado.

Le Roi Patrick avait marqué l'histoire des Remparts, qui ont gagné la prestigieuse coupe Memorial sous sa gouverne en 2006.

Les Remparts se lançaient alors dans la course pour recevoir le tournoi de la coupe Memorial en 2015.

Sous le règne de l'ancien #33, les Diables rouges venaient d'aligner six saisons supérieures à la barre de ,500 et avaient une banque de choix de repêchage dégarni. 

Succéder à Patrick Roy dans ces circonstances n'était pas une mince tâche. Boucher a foncé tête première.

En l'espace de quelques mois, l'ancien choix de premier tour des Sabres de Buffalo a conduit les Remparts jusqu'en deuxième période de prolongation dans le septième match de la finale de la coupe du Président 2015, fermé le Colisée, ouvert le centre Vidéotron et orchestré une reconstruction. 

Philippe Boucher n'avait pas d'autre option, mais dans un marché qui n'avait jamais vécu une reconstruction de hockey junior, cela n'a pas toujours été facile.

Une affaire de famille

Deux ans plus tard, les Remparts se retrouvent en bonne position. Ils ont dégagé une marge de manoeuvre qu'ils n'avaient plus lorsque Boucher s'est amené dans la Vieille Capitale.