Corey Crawford et Mark Scheifele

Photo : Corey Crawford et Mark Scheifele Crédit : AFP

LNH

Les blessures qui font mal

Les blessures qui font mal

Michel Godbout

Publié 29 décembre 2017
Mis à jour 29 décembre 2017

Le retour au travail après le congé des Fêtes n’est jamais facile pour personne.

Mais dans la LNH, pour certaines équipes, le retour est beaucoup plus difficile. Les blessures subies par certains joueurs-clés pourraient avoir un effet dévastateur pour leur formation respective. En voici quelques-unes.

Chicago : Corey Crawford

Comme le disait mon collègue Éric Fichaud dans son analyse, lorsqu’une équipe se fie autant sur son gardien, comme Chicago le fait avec Corey Crawford, sa perte risque d’être immense.

Tous les partisans des Canadiens connaissent la chanson. Privé de Carey Price, le CH n’avait aucune chance. Et le même refrain pourrait être entendu à Chicago.

Au moment d’écrire ces lignes, on ne connaissait pas encore la gravité de la blessure de Crawford ou si c’était la même blessure que celle subie en début de saison. Si le gardien est perdu pour des semaines, les Hawks auront beaucoup de difficultés à s’en remettre... s’ils s’en remettent!

Winnipeg : Mark Scheifele

Les Jets ont des joueurs de talent, des joueurs rapides, des joueurs qui n’ont pas peur de se frotter à plus gros qu’eux.

Les Jets ont aussi un joueur qui rassemble toutes ces qualités et il se nomme Mark Scheifele. Sauf qu’il est maintenant à l’infirmerie pour une durée de quatre à six semaines.

Vous allez me dire que Winnipeg a d’autres joueurs comme lui pour combler le vide. Vous n’avez pas tort, mais pas entièrement raison non plus. Car Scheifele apporte un élément de leadership à sa formation et il mène beaucoup par l’exemple. Alors même s’il revient guéri de sa blessure au bout de cinq semaines disons, il prendra probablement deux autres semaines avant d’atteindre le même niveau de jeu qu’avant sa blessure. Donc la perte risque d’être lourde à long terme et la véritable résilience de cette formation sera connue en l’absence de son capitaine adjoint et deuxième meilleur pointeur.

Pittsburgh : Kristopher Letang et Matt Murray

Si les Penguins espèrent accéder aux séries éliminatoires, ils doivent avoir Letang et Murray dans la formation.

Même si le défenseur québécois ne connaît pas une saison de rêve, il est un rouage important au sein de cette formation et une force stabilisatrice. Murray a déjà manqué plusieurs matchs cette saison en raison de blessures et les Penguins, forcément, doivent s’y faire.

Mais sans celui qui a eu un gros mot à dire dans la conquête des deux dernières coupes Stanley, les Penguins ne pourront trouver leur rythme.

C’est sans mentionner que lorsqu’une équipe n’a pas une véritable «faim» de vaincre, les blessures à des joueurs-clés ne font qu’ajouter des défis.

New York : Chris Kreider

Dans une moindre mesure certes, mais l’absence de l’ailier gauche aura un impact. Ses 11 buts et autant d’aides cette saison sont cruciaux pour les Rangers, car c’est une formation qui a besoin de la contribution de tous pour obtenir des victoires. Dès qu’une pièce est fautive, l’ensemble de la machine peut s’arrêter.

Il sera donc très intéressant de voir la performance de ces équipes au cours des prochains matchs sans certaines de leurs pièces maîtresses. À suivre...