Crédit : Jason Getz-USA TODAY Sports

MLS

MLS: 9 faits marquants de la saison 2017

MLS: 9 faits marquants de la saison 2017

Nicolas Martineau

Publié 27 décembre 2017
Mis à jour 27 décembre 2017

L’année 2017 aura été mouvementée en MLS. Une année charnière dont on se rappellera longtemps.

Le Toronto FC a établi de nouveaux standards sportifs, Nemanja Nikolic a remporté le «Soulier d’Or», l’arbitrage-vidéo a été inauguré et le Crew de Columbus a appris sa mort imminente.

Mais voici neuf autres faits qui auront marqué la saison 2017.

1. Atlanta United prend la MLS d’assaut

Il n’y a pas débat ici. L’expansion à Atlanta est assurément la meilleure réussite de la MLS en 2017.

Atlanta United a battu le record pour la moyenne d’assistance par match, avec 48 200.

Puis lors du match d’ouverture du Mercedes-Benz Stadium, Atlanta a battu le record d’assistance pour un match de saison régulière, alors que 70 425 partisans ont passé les tourniquets. Quelques semaines plus tard, l’équipe battait ce record en jouant devant 71 974 personnes.

Atlanta United est un succès... et on ne parle même pas de ce que cette équipe a fait sur le terrain.

2. Le Galaxy de Los Angeles s’effondre

Le Galaxy a passé l’entièreté de la saison 2017 bien loin des étoiles.

L’équipe a terminé au dernier rang du classement général, ne gagnant que trois de ses 17 matchs à domicile.

Pourtant, les vedettes ne manquaient pas : Romain Alessandrini, Giovani Dos Santos, Jonathan Dos Santos, Jermaine Jones, Ashley Cole...

Le Galaxy devra renaître de ses cendres rapidement en 2018, parce que les fans de soccer auront une alternative de choix.

3. Jelle Van Damme a le mal du pays

Le capitaine du Galaxy n’a pas vécu ses meilleurs moments en 2017. Le Belge n’était plus heureux en Amérique et il a décidé de retourner chez lui, en première division belge. Il voulait être près de ses deux enfants.

Van Damme a participé au match des étoiles en 2016, il a été finaliste au titre de défenseur de l’année en 2016, mais il a été partie prenante de la descente aux enfers du Galaxy en 2017.

4. Bastian Schweinsteiger débarque à Chicago

Après avoir vu Didier Drogba lui passer sous le nez deux ans plus tôt, le Fire s’est repris de belle façon en signant une autre légende de la planète soccer.

Le milieu de terrain allemand s’est amené en Illinois en héros et il a permis au Fire de se retrouver sous les projecteurs. Si l’équipe ne s’est pas qualifiée pour la Coupe du monde en Russie, elle a au moins connu une renaissance, se qualifiant pour les séries éliminatoires et redorant son blason taché par les dernières années de misère.

Schweinsteiger pourrait très bien retourner en Allemagne pour terminer sa carrière, mais le Fire tente par tous les moyens de garder la légende au moins pour 2018.

Jul 1, 2017; Chicago, IL, USA; Chicago Fire forward Nemanja Nikolic (23) celebrates with midfielder Bastian Schweinsteiger (31) after scoring against the Vancouver Whitecaps during the first half at Toyota Park. Mandatory Credit: Kamil Krzaczynski-USA TODAY Sports

 

5. Le Real Madrid contre les étoiles de la MLS

Schweinsteiger n’est pas la seule superstar à être débarquée à Chicago. Au début du mois d’août, le Real Madrid s’est amené dans la «Ville des Vents» pour le match des étoiles.

Devant plus de 60 000 personnes au Soldier Field, les hommes de Zinédine Zidane (sauf Ronaldo) ont battu Piatti, Villa, Howard et les autres aux tirs de pénalité. Une superbe soirée ayant fait rayonner la MLS aux quatre coins du globe.

6. La retraite pour ces légendes

Après trois saisons, 75 matchs, 24 buts et 22 passes décisives, l’ère Kaka est révolue à Orlando.

La légende brésilienne a tiré sa révérence, ayant accompli tout ce qu’un joueur peut rêver accomplir dans une vie. Un «Ballon d’Or», un titre de Ligue des champions, une Coupe du monde et PLUSIEURS autres trophées. En Amérique, il aura donné au Orlando City SC une notoriété instantanée, sans toutefois connaître le succès espéré.

Après 60 matchs, un but et 18 passes décisives, Andrea Pirlo a dit au revoir au NYCFC. L’Italien n’a cependant jamais joué à la hauteur des attentes à New York. Après avoir remporté une Coupe du monde, deux trophées de la Ligue des champions, six titres de la Série A italienne, certains s’attendaient à voir le maestro survoler la MLS. La bonne nouvelle, c’est qu’on se souviendra de lui pour ses accomplissements pré-MLS.

7. De jeunes talents affluent en MLS

Les équipes MLS commencent à recruter de jeunes talents d’un peu partout. Si la ligue avait la réputation d’être la compétition de préretraite par excellence, les choses sont en train de changer radicalement.

Alberth Elis chez le Dynamo de Houston : 21 ans, Honduras, 11 buts en 30 matchs en 2017.

Miguel Almiron à Atlanta : 23 ans, Paraguay, neuf buts, 14 passes décisives en 30 matchs en 2017. On aurait aussi pu nommer Villalba, Martinez, Gonzalez Pirez, Asad.

Yangel Herrera au NYCFC : 19 ans, Venezuela, en prêt de Manchester City, le milieu de terrain a volé le boulot de Pirlo en 2017.

Les meilleurs joueurs de la MLS sont de plus en plus jeunes et c’est une excellente nouvelle pour le développement de cette ligue. Voyez cet article mettant en vedette les 24 meilleurs joueurs de moins de 24 ans, vous verrez que le talent ne manque pas.

8. Les entraîneurs tombent comme des mouches

En voulez-vous des congédiements? En voilà.

Curt Onalfo à Los Angeles. Jeff Cassar à Salt Lake City. Dom Kinnear à San Jose. Pablo Mastroeni au Colorado. Jay Heaps en Nouvelle-Angleterre. Mauro Biello à Montréal.

2017 a été cruelle pour les entraîneurs en MLS.

9. Le RFK Stadium s’éteint (enfin!)

Le D.C. United est l’une des équipes phares de la MLS, mais son domicile faisait réellement pitié.

Le RFK Stadium est un stade mythique aux États-Unis, ayant accueilli les Redskins, les Nationals, des matchs de Coupe du monde etc... mais il est loin d’être un domicile approprié pour une équipe de soccer professionnel.

Les hommes de Ben Olsen joueront dans un tout nouveau stade de soccer dès la saison prochaine... et c’est une EXCELLENTE nouvelle.

Reste maintenant au Revolution de la Nouvelle-Angleterre d’emboîter le pas.